Le Ro­bam, un genre scé­nique khmer unique

La danse Ro­bam, un art clas­sique très em­blé­ma­tique de la com­mu­nau­té eth­nique khmère de la pro­vince de Trà Vinh (Sud), a été re­con­nue comme pa­tri­moine cultu­rel im­ma­té­riel na­tio­nal.

Le Courrier du Vietnam - - CULTURE - THUY HÀ/CVN

Le Ro­bam est un art scé­nique pra­ti­qué par l’eth­nie khmère, mé­lan­geant danse théâ­trale et drame clas­sique. Les épo­pées, les contes de fées, les lé­gendes boud­dhiques ou brah­ma­niques, dont le fa­meux Ra­maya­na in­dien, sont re­pro­duits sur scène dans un lan­gage cho­ré­gra­phique ac­com­pa­gné par un or­chestre ap­pe­lé le pin­peat. Cette danse clas­sique était, à l’ori­gine, exé­cu­tée uni­que­ment de­vant la fa­mille royale khmère. Ce n’est que vers le mi­lieu du XXe siècle qu’elle a été por­tée à la connais­sance du pu­blic. Les per­son­nages d’une pièce de Ro­bam sont di­vi­sés en deux groupes: les gen­tils, qui ne portent pas de masques pen­dant la re­pré­sen­ta­tion, et les mé­chants, mas­qués, dont le plus connu est le monstre Yeak. À la fin de la pièce, le bien triomphe tou­jours du mal.

Pré­ser­ver un pa­tri­moine cultu­rel im­ma­té­riel

Le Ro­bam est pra­ti­qué lors de fêtes tra­di­tion­nelles, de ri­tuels d’ado­ra­tion, de cé­ré­mo­nies cé­lé­brant le pas­sage de la pluie au so­leil et avant la sai­son des ré­coltes. Des études réa­li­sées par le Mu­sée de la pro­vince de Trà Vinh ont mon­tré que les arts du Ro­bam de la pro­vince ont at­teint leur apo­gée dans les an­nées 1960, la plu­part des ar­tistes et des dan­seurs étant des ha­bi­tants lo­caux. Se­lon l’’’Ar­tiste Émé­rite’’ Kim Thinh, an­cien chef de la troupe d’art Anh Binh Minh, la langue prin­ci­pale uti­li­sée dans une per­for­mance de Ro­bam est celle de la danse et les scé­na­rios sont ba­sés sur des contes po­pu­laires et sur le Ra­maya­na - un poème épique in­dien. Au­pa­ra­vant, les ar­tistes de Ro­bam li­vraient leurs per­for­mances à la lueur d’une torche sur un es­pace au sol cou­vert de paille. De nos jours, l’équi­pe­ment scé­nique et les sys­tèmes d’éclai­rage offrent un plus grand sou­tien aux ar­tistes pour at­ti­rer le pu­blic. Les scripts ont éga­le­ment été rac­cour­cis pour rendre les per­for­mances plus ac­ces­sibles. Le nombre d’ar­tistes maî­tri­sant le Ro­bam a di­mi­nué au fil du temps, sou­le­vant un ap­pel urgent pour pré­ser­ver ce pa­tri­moine cultu­rel im­ma­té­riel pré­cieux.

TV/CVN

Une scène de Ro­bam des Kh­mers.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.