ASIAD 18: mé­daille d’or his­to­rique pour l’ath­lé­tisme viet­na­mien

Pre­mière. Bùi Thi Thu Thao est en­trée dans l’his­toire de l’ath­lé­tisme viet­na­mien en rem­por­tant l’or au saut en lon­gueur dames aux 18es Jeux asia­tiques (ASIAD 18) dis­pu­tés en In­do­né­sie.

Le Courrier du Vietnam - - LA UNE - PHUONG NGA/CVN

La sau­teuse en lon­gueur Bùi Thi Thu Thao a rap­por­té la deuxième mé­daille d’or au Viet­nam aux ASIAD 18. Sur­nom­mée “Thao Bò Vàng” (lit­té­ra­le­ment: “Thao la vache en or”), elle était un bon es­poir de mé­daille d’or du pays en rai­son de sa vic­toire aux Jeux d’Asie du Sud-Est 2017 te­nus en Ma­lai­sie. Avec 6,68 m, elle avait ga­gné le concours fé­mi­nin du saut en lon­gueur, tan­dis qu’il n’au­rait fal­lu sau­ter que 6,55 m pour dé­cro­cher l’or aux ASIAD 17 en 2014 à In­cheon (Ré­pu­blique de Co­rée). Elle a aus­si connu une brillante an­née 2017 avec no­tam­ment une mé­daille d’or aux Cham­pion­nats d’Asie d’ath­lé­tisme en Inde. Elle est mon­tée à deux re­prises sur la plus haute marche du po­dium à l’Asian Grand Prix (Grand Prix asia­tique) la même an­née en Chine. Aux ASIAD 18, Thu Thao a réus­si dès sa pre­mière ten­ta­tive un saut à 6,55 m. Cette per­for­mance lui a per­mis de s’as­su­rer la plus haute marche du po­dium, de­vant l’In­do­né­sienne Nee­na Va­ra­kil (6,51 m) et la Chi­noise Xu Xiao­ling (6,50 m). Pour sa deuxième par­ti­ci­pa­tion à ces jeux, l’ath­lète viet­na­mienne a at­teint son ob­jec­tif de chan­ger la cou­leur de sa mé­daille aux ASIAD 17, où elle avait dû se conten­ter de l’ar­gent. “Avant le jour J, la vi­tesse, la force et les tech­niques de Bùi Thi Thu Thao étaient bonnes. Il ne fal­lait qu’un bon état d’es­prit pour lier tous ces élé­ments. Et au­jourd’hui, tous les élé­ments se sont réunis pour qu’elle puisse briller. Ses ef­forts in­in­ter­rom­pus ces der­niers temps ont été ré­com­pen­sés à leur juste va­leur”, a confié Duong Duc Thuy, chef de la sé­lec­tion d’ath­lé­tisme viet­na­mienne aux ASIAD 18.

Un ca­deau pour son ma­ri

“Avant la com­pé­ti­tion, j’ai pos­té sur ma page Facebook une pho­to de moi te­nant le dra­peau na­tio­nal. J’ai fait de mon mieux pour que mon rêve de vic­toire de­vienne réa­li­té. Je vou­drais re­mer­cier mes en­traî­neurs, ma fa­mille, mes amis et tous mes fans”, a dé­cla­ré Thu Thao. L’amour de son ma­ri, Lê Van Tiên, a aus­si contri­bué à sa réus­site. Avant de par­tir pour l’In­do­né­sie, elle avait dé­cla­ré que si elle dé­cro­chait l’or, elle of­fri­rait la mé­daille à son ma­ri. “Chaque fois que je suis fa­ti­guée ou ma­lade, il m’en­cou­rage, m’aide à sur­mon­ter la pres­sion pour m’en­traî­ner mieux”, a ex­pli­qué Thu Thao. Son ma­ri, bien sûr, est très fier des per­for­mances de sa femme. “Elle est sou­vent oc­cu­pée par les for­ma­tions, les com­pé­ti­tions, aus­si nous avons peu de temps en­semble. Comme elle s’en­traîne dur, quand elle est à la mai­son, je l’aide dans les tâches mé­na­gères”, a partagé Lê Văn Tiên. Dix-sep­tième du clas­se­ment par na­tions, le Viet­nam a rem­pli sa mis­sion aux ASIAD 18. Mieux en­core, par­mi ses quatre mé­dailles d’or, deux ont été rem­por­tées dans deux dis­ci­plines olym­piques que sont l’avi­ron et l’ath­lé­tisme.

Xin­hua/ VNA/CVN

La sau­teuse Thu Thao (centre) a fait re­ten­tir l’hymne viet­na­mien après sa vic­toire aux ASIAD 18 en In­do­né­sie.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.