POR­TRAIT

Après des années de fa­bri­ca­tion de ma­quettes à base de cure-dents, le jeune Ta Tuân Anh compte à son ac­tif plusieurs cen­taines de mo­dèles ré­duits en la ma­tière qui at­tirent l’at­ten­tion de tous.

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHOTOS: PHUONG MAI/CVN

Un étu­diant épris de ma­quettes en cure-dents à Vinh Phuc

De pe­tite taille, les yeux brillants et le vi­sage riant, Ta Tuân Anh est de na­ture plu­tôt ex­tro­ver­tie et jo­viale. Né en 1995, il est à l’heure ac­tuelle étu­diant en dernière an­née du Dé­par­te­ment de mé­ca­nique au­to­mo­bile de l’École su­pé­rieure de mé­ca­nique agri­cole de Vinh Phuc, si­tuée dans la pro­vince du même nom, à quelque 50 km de Ha­noï. Ta Tuân Anh s’est fait peu à peu connaître, sur­tout au­près des jeunes, pour ses “fa­meux pro­duits” fa­bri­qués à base de cure-dents en bam­bou. Ses mo­dèles ré­duits, “hand­made”, re­pré­sen­tant no­tam­ment des mai­sons, ba­teaux, stades et la tour Eif­fel, at­tirent la cu­rio­si­té de nom­breuses per­sonnes. “Quand j’étais en 2e classe (CE1), à 7 ans, j’ai­mais dé­jà les ma­quettes fa­bri­quées à base de cure-dents en bam­bou que j’ai dé­cou­vertes grâce à l’émis­sion +Chuyên la Viêt Nam+ (His­toires in­so­lites du Viet­nam) dif­fu­sée à la Té­lé­vi­sion du Viet­nam. Je me suis de­puis pas­sion­né pour ces pro­duits et j’ai nour­ri le rêve

de fa­bri­quer moi-même un jour des ma­quettes de ce type. Et c’est ain­si qu’à l’âge de 10 ans, j’ai réa­li­sé mon pre­mier mo­dèle ré­duit, une mai­son

sur pi­lo­tis!”, se sou­vient-il. Plus il se lance dans la confec­tion, plus il se pas­sionne pour le mé­tier. Ses mains ha­biles lui ont per­mis de “mettre au monde” des ma­quettes in­gé­nieuses et vi­vantes. Le jeune homme est d’au­tant plus mi­nu­tieux qu’il fait en sorte que ses mo­dèles soient conser­vés au mieux. “Après avoir fi­ni un pro­duit, je le laisse sé­cher au so­leil et puis je passe une couche de pein­ture brillante. Ce­la per­met ain­si de mieux pré­ser­ver les ma­quettes si­non elles s’abi­ment et moi­sissent”, ex­plique Tuân Anh.

Une ma­quette spé­ciale à l’am­bas­sa­deur fran­çais

En mars 2018, l’am­bas­sa­deur de France au Viet­nam, Ber­trand Lor­tho­la­ry, s’est ren­du à l’École su­pé­rieure de mé­ca­nique agri­cole de Vinh Phuc. À cette oc­ca­sion, Ta Tuân Anh lui a of­fert une ma­quette de Chùa Môt Côt (Pa­gode du pi­lier unique). “Je pense avoir été très chan­ceux d’avoir eu l’op­por­tu­ni­té de ren­con­trer le di­plo­mate fran­çais au Viet­nam dans notre école, et sur­tout d’avoir pu lui of­frir un de mes mo­dèles ré­duits”, par­tage-t-il. Le jeune de 23 ans s’était at­te­lé à la tâche pen­dant quatre jours pour la confec­tion de la ma­quette, pré­sent que l’am­bas­sa­deur Ber­trand Lor­tho­la­ry a tout par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cié. “C’est un ca­deau d’une grande beau­té. De plus, la Pa­gode du pi­lier unique est un des en­droits que je pré­fère à Ha­noï”, af­firme-t-il.

Un mé­tier et des rêves

Le jeune mo­dé­liste met éga­le­ment

ses pro­duits en vente. “Le prix d’une ma­quette va­rie entre 350.000 et un mil­lion de dôngs. Ce­la dé­pend es­sen­tiel­le­ment de la taille”, fait sa­voir Ta Tuân Anh. Et d’ajou­ter qu’il ne confec­tionne que sur com­mande. Tuân Anh ex­pose ses pro­duits uni­que­ment chez lui. Outre la vente, il ne crée des mo­dèles ré­duits que pour of­frir à ses amis et ses proches. Son rêve pour l’ave­nir, c’est d’avoir suf­fi­sam­ment d’ar­gent pour ou­vrir sa propre bou­tique où il pour­ra vendre ses fa­meux pro­duits faits main. Un autre rêve, très hu­main, du jeune mo­dé­liste est de ré­ser­ver une partie de son temps à en­sei­gner la confec­tion de ma­quettes en cure-dents aux en­fants or­phe­lins et handicapés. “Je pense que nom­breuses se­ront les per­sonnes qui achè­te­ront des ma­quettes faites par ces en­fants si elles sont bien réa­li­sées. Si mon rêve se réa­lise, les condi­tions de vie de ces en­fants se­ront amé­lio­rées, ma­té­riel­le­ment mais aus­si spi­ri­tuel­le­ment par­lant”, confirme Tuân Anh avec le sou­rire.

Ta Tuân Anh (droite) offre la ma­quette de Chùa Môt Côt à l’am­bas­sa­deur de France au Viet­nam, Ber­trand Lor­tho­la­ry.

Il lui a fal­lu quatre jours pour la confec­tion du mo­dèle ré­duit de Chùa Môt Côt.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.