La cri­nole asia­tique

Le Courrier du Vietnam - - HERBORISTERIE - DR DOÀN VAN TÂN/CVN

La cri­nole asia­tique (nom bo­ta­nique Cri­num asia­ti­cum et nom viet­na­mien toi voi, cây náng hoa trang) est ré­pan­due sur­tout dans les ré­gions tro­pi­cales et sub­tro­pi­cales de l’Asie, dont l’Inde, la Thaï­lande, le Laos, le Cam­bodge, le Viet­nam et le Sud de la Chine. Elle est fré­quente dans les friches, les dé­combres et même culti­vée comme plante or­ne­men­tale. C’est une grande herbe à bulbe glo­bu­leux, gros de 10 cm de dia­mètre, aux feuilles ra­di­cales, ru­ba­nées, aux fleurs blanches, odo­rantes, sé­pales et pé­tales sem­blables, aux fruits sub­glo­bu­leux de 3-5 cm de dia­mètre, à graine so­li­taire.

Par­ties uti­li­sées

Fruits fraîches et bulbes, ré­col­tées en toutes sai­sons.

Cons­ti­tuants connus

Les bulbes et les feuilles ren­ferment des al­ca­loïdes, la ly­co­rine, la cri­na­mine, la cri­na­sia­tine, la cri­nine, la pra­to­ni­mine, la pra­to­sine.

Usages mé­di­ci­naux

Au Viet­nam, les ca­ta­plasmes pré­pa­rés avec les feuilles fraîches, pi­lées et chauf­fées, gué­rissent la contu­sion, le phleg­mon, l’en­torse, la luxa­tion et la frac­ture fer­mée. Les ca­ta­plasmes pré­pa­rés avec les bulbes frais, broyés et chauf­fés com­battent les rhu­ma­tismes et les dou­leurs os­téo­copes. La dé­coc­tion des feuilles sèches sert en la­vage pour trai­ter les hé­mor­roïdes ex­ternes. Le jus ex­trait des bulbes frais est pris en plu­sieurs fois par voie orale comme vo­mi­tif. Il est aus­si uti­li­sé en ins­tal­la­tion au­ri­cu­laire contre l’otite.

Ar­chives/CVN

La cri­nole asia­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.