Ninh Binh: de­ve­nir un pôle tou­ris­tique na­tio­nal

La pro­vince sep­ten­trio­nale de Ninh Binh a pour am­bi­tion de de­ve­nir un des grands pôles tou­ris­tiques du Viet­nam d’ici 2020 et de faire du tou­risme un sec­teur clé de l’éco­no­mie lo­cale d’ici 2030.

Le Courrier du Vietnam - - SOMMAIRE - TEXTE ET PHO­TO: THUY HÀ-DL/CVN

La pro­vince de Ninh Binh consti­tue une étape in­con­tour­nable tant pour les amou­reux de la na­ture que pour les pas­sion­nés de culture. Des atouts rares qui en font un des joyaux tou­ris­tiques du pays. Le dé­ve­lop­pe­ment de son tou­risme vise à ex­ploi­ter ef­fi­ca­ce­ment les po­ten­tiels exis­tants, à se dé­ve­lop­per pro­fes­sion­nel­le­ment, à créer des pro­duits tou­ris­tiques de qua­li­té, et ceci en veillant à la conser­va­tion, à la mise en va­leur des es­paces na­tu­rels, de la culture, de l’his­toire ain­si que de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment pour un dé­ve­lop­pe­ment du­rable. D’ici 2020, la lo­ca­li­té a comme ob­jec­tif de de­ve­nir l’une des prin­ci­pales des­ti­na­tions tou­ris­tiques du pays. Et d’ici 2030, de faire du tou­risme un sec­teur clé de son éco­no­mie, qui contri­bue­ra à la re­struc­tu­ra­tion éco­no­mique, la créa­tion d’em­plois, l’aug­men­ta­tion de ren­trées bud­gé­taires de l’État, et per­met­tra de sti­mu­ler le dé­ve­lop­pe­ment d’autres sec­teurs. Ce plan de dé­ve­lop­pe­ment du tou­risme a été ap­prou­vé par le Co­mi­té po­pu­laire pro­vin­cial. Dans ce cadre, la pro­vince a comme ob­jec­tif de faire de la ville de Ninh Binh le centre tou­ris­tique prin­ci­pal de la pro­vince tan­dis que la ville de Tam Diêp et les dis­tricts de Hoa Lu, Gia Viên, Nho Quan, Yên Mô, Yên Khanh et Kim Son se­ront trans­for­més en centres d’ap­pui.

Mieux ex­ploi­ter les po­ten­tiels

La pro­vince se concen­tre­ra sur la res­tau­ra­tion de ses prin­ci­paux com­plexes tou­ris­tiques comme le com­plexe pay­sa­ger de Tràng An, la zone tou­ris­tique de Kênh Gà Vân Long - Vân Trinh ou en­core le com­plexe d’éco­tou­risme du lac Dông Chuong. Six zones tou­ris­tiques et d’autres lieux d’in­té­rêt se­ront éga­le­ment créés dans les an­nées à ve­nir.

Ninh Binh doit de­man­der l’au­to­ri­sa­tion du gou­ver­ne­ment et des mi­nis­tères concer­nés afin d’ap­pli­quer cer­taines po­li­tiques pré­fé­ren­tielles pour at­ti­rer les in­ves­tis­se­ments dans le tou­risme. Les au­to­ri­tés pro­vin­ciales ont éga­le­ment ap­pe­lé le mi­nis­tère de la Culture, des Sports et du Tou­risme à in­clure da­van­tage d’in­for­ma­tions sur le tou­risme lo­cal dans les pro­grammes de pro­mo­tion du tou­risme viet­na­mien ain­si qu’à ai­der Ninh Binh à for­mer des res­sources hu­maines, dé­ve­lop­per ses mar­chés et ses pro­duits tou­ris­tiques. Ninh Binh est une des­ti­na­tion de plus en plus pri­sée des tou­ristes do­mes­tiques et in­ter­na­tio­naux. Elle pos­sède en ef­fet un très im­por­tant pa­tri­moine his­to­rique et cultu­rel, avec des sites re­mar­quables. Du­rant la pé­riode 968-1010, elle fut la ca­pi­tale du Viet­nam sous les dy­nas­ties des Dinh, Lê an­té­rieur et Ly. Elle re­cèle trois type de pay­sages ty­piques : des zones mon­ta­gneuses et se­mi-mon­ta­gneuses, des plaines ri­zi­coles inon­dées et des plaines lit­to­rales. No­tam­ment, le com­plexe pay­sa­ger de Tràng An est re­con­nu de­puis 2014 pa­tri­moine na­tu­rel et cultu­rel mon­dial par l’UNES­CO. C’est une zone na­tu­relle en­core re­la­ti­ve­ment pré­ser­vée de l’ac­ti­vi­té an­thro­pique. Ber­cé par un cli­mat sub­tro­pi­cal hu­mide, le site est une ré­gion mon­ta­gneuse. Le jeu tec­to­nique a for­gé au fil du temps des pay­sages pit­to­resques - un mé­lange de pi­tons ro­cheux qui se dressent bru­ta­le­ment au-des­sus de la jungle, en­tou­rés d’in­nom­brables cu­vettes et val­lées sillon­nées par des cours d’eau s’écou­lant tran­quille­ment. Ces ri­vières, par­fois, ont fa­çon­né des grottes tra­ver­sant ces ‘‘pains de sucre’’ qui culminent le plus souvent à 200 m d’al­ti­tude. Tràng An compte 50 grottes re­liant 30 pe­tites val­lées qui se suc­cèdent sur en­vi­ron 10 km du nord au sud. On passe de l’une à l’autre en barque, ad­mi­rant à la lueur des torches de nom­breuses sta­lac­tites et sta­lag­mites dont les formes fan­tasques ont don­né leur nom à la plu­part d’entre elles.

Un mil­lion de tou­ristes étran­gers en 2020

Pa­ra­dis pour les amou­reux de la na­ture, Tràng An est aus­si un lieu sa­cré pour les boud­dhistes. Bai Dinh est le com­plexe de pa­godes le plus vaste du Viet­nam et l’un des plus im­por­tants centres du boud­dhisme du pays et même de l’Asie du Sud-Est. Se­lon le Ser­vice pro­vin­cial du tou­risme, Ninh Binh a ac­cueilli, en 2017, plus de 7 mil­lions de tou­ristes et son chiffre d’af­faire a at­teint plus de 2.500 mil­liards de dôngs (107 mil­lions de dol­lars), soit une hausse res­pec­ti­ve­ment de 9,5% et 43% par rap­port à l’an­née pré­cé­dente. En 2018, au cours des neuf pre­miers mois de l’an­née, près de 6,4 mil­lions de tou­ristes ont choi­si Ninh Binh comme des­ti­na­tion, ce qui a per­mis à la pro­vince de gé­né­rer des re­cettes tou­ris­tiques de 2.479 mil­liards de dôngs (98,4 mil­lions de dol­lars), soit une aug­men­ta­tion res­pec­ti­ve­ment de 5% et 18,9% en glis­se­ment an­nuel. Cette an­née, la pro­vince vise 7,2 mil­lions de tou­ristes dont 900.000 étran­gers et 2.700 mil­liards de dôngs de re­cettes. Et en 2020, les ob­jec­tifs sont d’un mil­lion de tou­ristes étran­gers et 7mil­lions­de­tou­ris­tes­viet­na­miens, puis res­pec­ti­ve­ment, 1,5 et 9 mil­lions en 2025 et 2,1 et 11,2 mil­lions en 2030. Les re­cettes de son ‘‘in­dus­trie sans fu­mée’’ en 2020 at­tein­draient, 4.200 mil­liards de dôngs, 11.800 mil­liards en 2025, et 27.000 mil­liards en 2030.

Le com­plexe pay­sa­ger de Tràng An.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.