Le strep­to­cau­lon

Le Courrier du Vietnam - - HERBORISTERIE - DR DOÀN VAN TÂN/CVN

Le strep­to­cau­lon (nom bo­ta­nique Strep­to­cau­lon ju­ven­tas et nom viet­na­mien hà thu ô trang, cu vu bò, hà thu ô nam) est une es­pèce ré­pan­due sur les col­lines en­so­leillées. Dix es­pèces se trouvent en Asie tro­pi­cale. Au Vietnam, quatre es­pèces ont été iden­ti­fiées, dont Strep­to­cau­lon ju­ven­tas. C’est une liane grim­pante, vo­lu­bile, à la­tex très abon­dant, aux feuilles op­po­sées, cour­te­ment pé­tio­lées, aux in­flo­res­cences en cymes di­cho­tomes, axil­laires, aux fleurs pe­tites, brun- jau­nâtre.

Par­ties uti­li­sées

Ra­cines tu­ber­cules, dont la ré­colte s’opère en toutes sai­sons, sur­tout en au­tomne.

Cons­ti­tuants connus

Dans la ra­cine, se trouvent des al­ca­loïdes et de l’ami­don.

Usages mé­di­ci­naux

Au Vietnam, par ses pro­prié­tés to­niques et ef­fi­caces, la ra­cine de strep­to­cau­lon est pres­crite pour le trai­te­ment de l’ané­mie, l’in­suf­fi­sance ré­nale et hé­pa­tique, la dys­pep­sie, l’in­som­nie, la neu­ras­thé­nie, la ma­la­ria chro­nique, le rhu­ma­tisme, le pru­ri­go et la mor­sure de serpent. L’ad­mi­nis­tra­tion du­rable exerce un ef­fet ra­jeu­nis­sant et fait que les che­veux blancs re­de­viennent noirs. La dose jour­na­lière est de 12-20 g en dé­coc­tion, ex­trait ou élixir. Pour la mor­sure de serpent, on avale le suc et le ré­si­du est ap­pli­qué sur la plaie.

Ar­chives/CVN

Le strep­to­cau­lon.

Newspapers in French

Newspapers from Viet Nam

© PressReader. All rights reserved.