Le Brexit pour­rait fa­vo­ri­ser les re­la­tions bi­la­té­rales

El Watan (Algeria) - - Économie - R. E.

La sor­tie du Royaume-Uni de l’Union eu­ro­péenne (UE) est une «op­por­tu­ni­té» pour ce pays pour his­ser ses re­la­tions com­mer­ciales et d’in­ves­tis­se­ment avec l’Al­gé­rie à un ni­veau plus éle­vé, a in­di­qué, avant-hier à Al­ger, la Com­mis­saire bri­tan­nique pour le com­merce en Afrique, Em­ma Wade-Smith, rap­porte l’APS. In­ter­ro­gée lors d’un point de presse or­ga­ni­sé en marge de sa vi­site de tra­vail à Al­ger, sur les pos­si­bi­li­tés de fré­mis­se­ment des échanges com­mer­ciaux entre le Royaume-Uni et l’Al­gé­rie à la fa­veur du Brexit, Mme Wade-Smith a ré­pon­du : «C’est jus­te­ment ce pour quoi je suis ici cette se­maine», tout en ex­pli­quant que «la sor­tie de l’UE n’est qu’une op­por­tu­ni­té qui nous per­met de ré­flé­chir à mettre en place un cadre meilleur pour aug­men­ter les échanges avec les dif­fé­rents pays, y com­pris l’Al­gé­rie». Pour elle, le vo­lume ac­tuel des échanges entre les deux pays, es­ti­mé à 2 mil­liards de livres bri­tan­niques, n’est pas suf­fi­sant et ne re­flète pas les am­bi­tions af­fi­chées par les deux par­ties, ni les op­por­tu­ni­tés exis­tantes en ma­tière de par­te­na­riat. «Deux mil­liards de livres, ça peut sem­bler beau­coup. Mais à mon avis, ce n’est pas beau­coup pour un pays de la taille de l’Al­gé­rie (…) Je pense que nous pou­vons mieux faire», a no­té la res­pon­sable bri­tan­nique. Mme Wa­deS­mith a es­ti­mé dans ce sens que le par­te­na­riat re­pré­sente le «moyen clé» pour dé­ve­lop­per les re­la­tions éco­no­miques entre les deux pays, en sai­sis­sant les op­por­tu­ni­tés «im­por­tantes» qu’offre l’Al­gé­rie avec le sa­voir-faire bri­tan­nique. Cette dé­marche consiste d’abord à rap­pro­cher les com­mu­nau­tés d’af­faires dans les deux pays, ajoute la com­mis­saire bri­tan­nique, sou­li­gnant la né­ces­si­té de sen­si­bi­li­ser da­van­tage les hommes d’af­faires du Royaume-Uni sur les pos­si­bi­li­tés de par­te­na­riat exis­tantes en Al­gé­rie dans les dif­fé­rents do­maines, no­tam­ment les hy­dro­car­bures, les éner­gies re­nou­ve­lables, l’agri­cul­ture, l’in­dus­trie, l’ur­ba­nisme et les villes in­tel­li­gentes. Concer­nant la loi 51/49% ré­gis­sant l’in­ves­tis­se­ment étran­ger en Al­gé­rie, la com­mis­saire bri­tan­nique a as­su­ré que cette règle ne consti­tue pas une en­trave pour les en­tre­pre­neurs de son pays.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.