Dé­sa­gré­ments et ano­ma­lies dans l’amé­na­ge­ment

El Watan (Algeria) - - Région Est - A. Dja­fri

Chaque opé­ra­tion de ré­ha­bi­li­ta­tion est sy­no­nyme à Souk Ahras de mi­sères et de tra­cas­se­ries pour les ci­toyens, et l’on n’est ja­mais épar­gné par ces chaus­sées pous­sié­reuses en pé­riode sèche et qui se trans­forment en pa­ti­noires dès les pre­mières averses d’au­tomne. Une ré­cente opé­ra­tion de ré­ha­bi­li­ta­tion du ré­seau des ca­na­li­sa­tions des eaux usées me­née de­puis une se­maine par une en­tre­prise pu­blique au ni­veau de la ci­té des 400 Lo­ge­ments (route de Zaâ­rou­ria) a re­mis la cri­tique sur une foul­ti­tude d’ano­ma­lies et de me­sures de com­plai­sance adop­tées an­té­rieu­re­ment à plu­sieurs ni­veaux. L’unique route, qui tient lieu aus­si d’es­pace com­mer­cial, est éven­trée par la­dite en­tre­prise, d’où des em­bou­teillages quo­ti­diens et une ac­ces­si­bi­li­té aux autres ci­tés mi­toyennes, elles-mêmes dé­pen­dantes de cette même route. «L’idée d’une deuxième voie d’ac­cès à ce quar­tier, qui compte avec ses lo­tis­se­ments et les deux ci­tés LSP plus de 1000 ha­bi­tants, a été avor­tée pour des rai­sons in­avouées, et ce sont les ré­si­dents de cette ag­glo­mé­ra­tion, dont le nombre ne cesse d’aug­men­ter qui en pâ­tissent», a dé­cla­ré à El Wa­tan, B.Ab­del­krim, le re­pré­sen­tant du quar­tier. Un groupe de voi­sins ont confor­té ses dires en rap­pe­lant les in­nom­brables ano­ma­lies exis­tantes dans l’amé­na­ge­ment de cette ci­té, vieille de près de quinze ans. «Des di­zaines d’ac­ci­dents ont eu lieu à proxi­mi­té des im­meubles, où on n’a ja­mais pré­vu des bor­dures ou une quel­conque me­sure de re­plâ­trage au­tour des abîmes lais­sés par les en­tre­pre­neurs», a dé­non­cé l’un d’eux. Des ter­rains vagues qui n’ont ja­mais été ex­ploi­tés, un ter­rain de sport aban­don­né, des dé­charges sau­vages qui cein­turent toute la ci­té et un lo­tis­se­ment dé­ver­sant ses ma­té­riaux de construc­tion sur la voire pu­blique sont au­tant de plaies béantes qui collent à cette ag­glo­mé­ra­tion. Le tout s’est com­pli­qué de­puis peu par les tra­vaux pré­ci­tés qui sont aus­si à l’ori­gine de plu­sieurs dé­sa­gré­ments, à sa­voir : l’ab­sence d’une si­gna­li­sa­tion adap­tée pour la nuit, l’amon­cel­le­ment des gra­vats et autres ma­té­riaux de construc­tion, le dé­ploie­ment des en­gins au mo­ment de la sor­tie des éco­liers et l’obs­truc­tion faite aux au­to­mo­bi­listes pen­dant les heures de grande af­fluence.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.