L’en­droit du monde à l’en­vers

El Watan (Algeria) - - Sports - Par Chaw­ki Ama­ri

Ima­gi­nons. A cause des in­éga­li­tés so­ciales, d’une re­pré­sen­ta­tion po­li­tique tru­quée, de l’impunité des puis­sants et d’une énorme pres­sion fis­cale sur les tra­vailleurs, les ma­ni­fes­ta­tions en France conti­nuent et le gou­ver­ne­ment pro­pose d’in­ter­dire les ma­ni­fes­ta­tions. La ré­pres­sion s’in­ten­si­fie et les forces de l’OTAN, pour dé­fendre la dé­mo­cra­tie, s’en mêlent, aident les in­sur­gés en leur four­nis­sant des armes et de la lo­gis­tique, en­voient des mi­li­taires dé­gui­sés en ci­vil épau­ler les émeu­tiers et fi­nancent des groupes ter­ro­ristes pour faire tom­ber le gou­ver­ne­ment. Avec l’aval pru­dent de l’ONU, des avions com­mencent à bom­bar­der des cibles gou­ver­ne­men­tales, la Pré­si­dence, le mi­nis­tère de la Dé­fense, BFM TV, l’ap­par­te­ment de l’imam Chal­ghou­mi et les livres de Boua­lem San­sal, pré­tex­tant l’uti­li­sa­tion de gaz chi­miques par le ré­gime fran­çais. Au bout de quelques mois, la France est ins­tal­lée dans le chaos. Ruines fu­mantes et des­truc­tions mas­sives, en­fants er­rants dans les rues et pé­nu­ries ali­men­taires. A Pa­ris, Ma­cron a été dé­bus­qué par des op­po­sants ar­més dans le ré­seau des égouts, mais réus­sit à fuir en Al­gé­rie sans sa femme grâce à la com­pli­ci­té de jeunes des ban­lieues du 94. BHL tente de faire la même chose en in­vo­quant ses ori­gines al­gé­riennes, mais il est ar­rê­té par les gar­des­côtes dans une em­bar­ca­tion clan­des­tine et don­né aux pois­sons, qui re­fusent de le man­ger et le re­filent aux mé­duses. Une vague de mi­grants fran­çais s’en suit, ils sont re­çus au Magh­reb et des camps sont mon­tés au Ma­roc, en Al­gé­rie et Tu­ni­sie, fi­nan­cés en par­tie par la fon­da­tion Re­brab. Pen­dant que Ma­cron ap­prend la brasse au Club des Pins, le calme re­vient peu à peu, des né­go­cia­tions sont or­ga­ni­sées sous l’égide du DRS, Dieu­don­né est nom­mé pré­sident du co­mi­té de sau­ve­garde de la France et la re­cons­truc­tion du pays com­mence grâce aux Chi­nois ins­tal­lés en Al­gé­rie. Dans un mes­sage lu en son nom, le pré­sident Bou­te­fli­ka a rap­pe­lé que l’his­toire c’est comme la lou­bia, elle est tou­jours meilleure le len­de­main.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.