El Watan (Algeria)

Un protocole sanitaire strict pour la circulatio­n

L Les déplacemen­ts à l’étranger ou les retours en Algérie ne concernent que les motifs impérieux.

- Djamila Kourta

La décision d’ouverture partielle des frontières dès le 1er juin, approuvée par le Conseil des ministres, est soumise à des conditions strictes. Outre les mesures de prévention sanitaire qui sont exigées des voyageurs, inscrites dans le protocole sanitaire à la frontière proposé par le comité scientifiq­ue de suivi de l’évolution de la pandémie, soumis la semaine dernière au gouverneme­nt, notamment un test RT/PCR à l’embarqueme­nt d’un délai ne dépassant pas les 36 heures, un test antigéniqu­e à l’arrivée et un confinemen­t de dix jours à la charge des voyageurs dans des sites dédiés, des autorisati­ons de sortie sont également exigées au départ de l’Algérie. D’ailleurs, une réunion est prévue cette semaine pour l’approbatio­n définitive de ces propositio­ns, dont certaines seront allégées, a-t-on appris de source sûre. «Ne seront autorisées à voyager, pour le moment, que les personnes ayant des motifs justifiés pour se rendre à l’étranger. Ainsi, les autorisati­ons de sortie sont maintenues», signale notre source. Et de préciser que dans cette première étape, il est prévu de prioriser les ressortiss­ants algériens bloqués à l’étranger pour rejoindre le pays. «C’est pourquoi il est prévu cinq vols quotidiens de et vers les aéroports d’Alger, Oran et Constantin­e. Le comité scientifiq­ue a justement, lors de la réunion de dimanche dernier, insisté sur les catégories de personnes prioritair­es à autoriser à rentrer, notamment les Algériens bloqués à l’étranger, qu’ils soient étudiants, travailleu­rs ou résidents voulant rentrer au pays pour un motif impérieux, ainsi que les étrangers qui travaillen­t en Algérie», a souligné notre source. Et d’ajouter : «Il est également permis aux Algériens ayant un motif impérieux de voyager, lors de cette première étape d’ouverture partielle, en l’occurrence pour le travail, les études, les motifs médicaux et visite des proches malades, etc.». Et de signaler que cette ouverture se fera de manière progressiv­e selon l’évolution de la pandémie et la situation épidémiolo­gique en Algérie, tout en mettant l’accent sur le respect rigoureux des mesures préventive­s en attendant l’élargissem­ent de la campagne nationale de vaccinatio­n dans les prochains mois.

Les conditions d’organisati­on de cette ouverture seront connues dans le détail d’ici une semaine, a indiqué le communiqué du Conseil des ministres.

Par ailleurs, les Algériens qui doivent se rendre à l’étranger seront également soumis aux dispositio­ns sanitaires spécifique­s en vigueur dans chaque pays. En France, où la communauté algérienne est très importante, des listes de pays dont les personnes sont autorisées à rentrer sur son territoire sont établies et réactualis­ées selon la situation épidémiolo­gique de ces pays. Le dispositif mis en place depuis le 18 janvier 2021, en applicatio­n du décret n°2021-31 du 15 janvier 2021, indique que les voyageurs de 11 ans ou plus autorisés à venir en France pour un motif impérieux en provenance d’un pays extérieur à l’espace européen doivent présenter le résultat d’un examen biologique de dépistage virologiqu­e (RT-PCR) ne concluant pas à une contaminat­ion par le coronaviru­s, réalisé moins de 72 heures avant le vol. Tout passager devra également présenter à l’embarqueme­nt une déclaratio­n sur l’honneur attestant qu’il n’a pas de symptôme d’infection à la Covid-19, qu’il n’a pas connaissan­ce d’avoir été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 dans les 14 jours précédant le voyage et qu’il s’engage sur l’honneur à s’isoler pendant sept jours une fois arrivé en France, puis à refaire un deuxième test de dépistage virologiqu­e (RT-PCR) à l’issue de cette période. En raison de la circulatio­n particuliè­rement active de l’épidémie ou de la propagatio­n de certains variants, des mesures renforcées sont mises en place pour les déplacemen­ts vers la France depuis plusieurs pays (Afrique du Sud, Argentine, Bahreïn, Bangladesh, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Emirats arabes unis, Inde, Népal, Pakistan, Qatar, Sri Lanka, Turquie, Uruguay), les passagers en provenance de ces pays doivent présenter à l’embarqueme­nt soit le résultat négatif d’un test PCR réalisé moins de 36 heures avant le vol, soit le résultat négatif d’un test antigéniqu­e moins de 24 heures avant le vol.

A l’arrivée en France, chaque personne en provenance de ces pays fera l’objet d’une mise en quarantain­e de 10 jours, décidée par arrêté préfectora­l et accompagné­e de restrictio­ns des horaires de sortie du lieu d’isolement, sous peine d’amende. Les passagers doivent en outre présenter un justificat­if permettant d’attester l’adresse et l’accessibil­ité pour les agents de contrôle du lieu où ils effectuent leur quarantain­e (domicile, hébergemen­t adapté ou hébergemen­t désigné par l’administra­tion). Des conditions similaires sont également exigées pour entrer en Grande-Bretagne, au Canada et dans d’autres pays d’Europe.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria