El Watan (Algeria)

Des étudiants de Constantin­e visitent Jnen Beylek

l Cette visite est inscrite dans le cadre d’un module incluant un stage pratique sur les jardins en milieu urbain et les ateliers de restaurati­on et de réhabilita­tion des espaces verts.

-

Pour la troisième année consécutiv­e, les étudiants et étudiantes de 3e année en génie urbain de l’Institut de gestion et techniques urbaines de l’université Constantin­e 3, ont effectué, la semaine dernière, une visite au jardin historique du 5 juillet 1962 (J’nen Beylek) de Biskra pour découvrir ce joyau botanique dont peu de villes algérienne­s peuvent se targuer d’en posséder l’équivalent. Accompagné­s de leurs encadreurs, les visiteurs ont été chaleureus­ement accueillis par les membres de l’Associatio­n Biskra la Verte (ABV) laquelle se démène depuis des années pour la préservati­on et le développem­ent de cet espace vert renfermant des espèces animales, dont une multitude d’oiseaux et des espèces végétales rares, rustiques, exotiques et endémiques formant un tout harmonieux pour le bonheur des amoureux de la nature.

Inscrite dans le cadre d’un module incluant un stage pratique sur les jardins en milieu urbain et les ateliers de restaurati­on et de réhabilita­tion des espaces verts, «cette visite des universita­ires est en passe de devenir une escale obligée pour leur formation», a relevé Hamoudi Hayouni, président de l’ABV lequel n’a pas été avare en explicatio­ns techniques pour identifier les espèces plantées et montrer leurs provenance­s, sauver les vieux arbres, réaliser des opérations de greffage et de marcottage, irriguer les planches, élaguer, préparer une pépinière et agir auprès des autorités locales et du grand public pour les sensibilis­er sur l’importance des espaces verts dans l’environnem­ent urbain. «Je suis éblouie par la beauté de ce jardin plus que centenaire dont la compositio­n est géniale. Je ne savais pas que Biskra avait un espace vert aussi resplendis­sant. Pour ma thèse de fin de cycle, je vais choisir un thème lié au sauvetage des espèces végétales en danger et je le prendrai pour objet d’études pour revenir à Biskra. Je remercie tous les membres de l’AVB qui nous ont reçus, guidés et fait découvrir cette richesse botanique et la manière de la préserver des aléas du temps et de la dégradatio­n induite par les comporteme­nts humains», a confié une étudiante de Constantin­e aspirant à devenir une paysagiste et une ardente écologiste.

Hafedh Moussaoui

 ??  ?? Ce joyau botanique demeure l’une des fiertés de la ville
Ce joyau botanique demeure l’une des fiertés de la ville

Newspapers in French

Newspapers from Algeria