El Watan (Algeria)

Boufarik, la police et la population

-

La population de Boufarik semble satisfaite du travail effectué par la sûreté de daïra et les commissari­ats de proximité ces derniers temps. «Boufarik respire mieux. Moins de commerce informel dans ses rues, notamment à la rue Cherchali. Moins de bagarres... et le citoyen se réappropri­e son espace...Avant, la drogue et les psychotrop­es se vendaient à même les étals», témoigne un habitant de la ville des Oranges. «A une certaine époque, il était quasi impossible de franchir le seuil de la porte des commerçant­s formels tellement les trottoirs étaient squattés. Aujourd’hui, la situation n’est plus la même. Pourvu que ça dure et ça s’améliore davantage», ajoute un commerçant possédant une boutique de chaussures à la rue Cherchali. Au centre de Boufarik, les «flics», en tenue ou civils sillonnent, à longueur de journée, les rues et cités. «Pourvu qu’il n’y ait pas relâchemen­t», espère-t-on.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria