Ag­gra­va­tion des peines re­quise dans l’af­faire Sor­fert

El Watan week-end - - 7 Jours - APS

Le mi­nis­tère pu­blic près la cour d’ap­pel d’Oran a re­quis hier l’ag­gra­va­tion des peines lors du pro­cès en ap­pel dans l’af­faire Sor­fert, dont le ver­dict se­ra pro­non­cé le 21 no­vembre. L’ap­pel a été in­tro­duit suite au pro­cès du 5 mars der­nier, où l’exPDG de Sor­fert, l’Egyp­tien Amr Has­sa­bal­lah, en état de fuite, a été condam­né par le pôle pé­nal spé­cia­li­sé d’Oran à 5 ans de pri­son ferme et une amende de 27,7 mil­lions DA, et la di­rec­trice ju­ri­dique de cette so­cié­té, Ka­ri­ma Fa­rah, sa com­pa­triote, à 2 ans de pri­son ferme as­sor­tie d’une amende du même mon­tant. Un trans­por­teur im­pli­qué dans cette af­faire, Z. M., a éco­pé d’une peine d’un an de pri­son ferme et d’une amende de 200 000 DA. Dans le même cadre, une amende dite de so­li­da­ri­té de 2 mil­lions DA a été in­fli­gée aux deux pre­miers in­cul­pés et le tri­bu­nal a confir­mé le man­dat d’ame­ner in­ter­na­tio­nal lan­cé contre l’exPDG de Sor­fert. A ce pro­cès, le re­pré­sen­tant du mi­nis­tère pu­blic avait re­quis une peine de 10 ans de pri­son ferme à l’en­contre de Amr Has­sa­bal­lah et Ka­ri­ma Fa­rah et de 7 ans de pri­son ferme contre le trans­por­teur, ain­si que des amendes équi­va­lentes au double de la somme de 16 mil­lions de dol­lars dé­tour­née. Pour rap­pel, une en­quête pour trans­fert illi­cite à l’étran­ger de plus de 300 mil­lions de dol­lars a été ou­verte par le pôle ju­di­ciaire spé­cia­li­sé en 2012 suite au re­fus du com­mis­saire aux comptes de Sor­fert de va­li­der un nombre d’opé­ra­tions fi­nan­cières ac­com­plies par Sor­fert Al­gé­rie. Lors du pro­cès, le res­pon­sable des fi­nances de Sor­fert a évo­qué le ca­rac­tère pri­vé de la so­cié­té qui la dis­pense de re­cou­rir au code des mar­chés, alors que les res­pon­sables de la BEA ont sou­te­nu que le trans­fert d’ar­gent était conforme aux pro­cé­dures et avait l’aval de trois di­rec­tions cen­trales de la banque, ain­si que ce­lui de la Banque d’Al­gé­rie. Spé­cia­li­sée dans la pro­duc­tion d’am­mo­niac et d’urée à Ar­zew (Oran), Sor­fert Al­gé­rie est une joint-ven­ture entre Oras­com Construc­tion and In­dus­tries (OCI) avec 51% des ac­tions et le groupe pé­tro­lier So­na­trach (49%) avant la loi de fi­nances com­plé­men­taire 2009.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.