For­ma­tion et dé­tec­tion des jeunes ta­lents spor­tifs au Sud : le coup de gueule de Smaïl He­ni­da

El Watan week-end - - 7 Jours - Hou­ria Alioua

En­traî­neur fé­dé­ral et pré­sident de l’as­so­cia­tion Fo­rum de l’édu­ca­tion phy­sique et spor­tive de la wi­laya de Ouar­gla (Fo­reps 30), Smaïl He­ni­da a très mal ré­agi aux der­nières dé­ci­sion de la Fé­dé­ra­tion al­gé­rienne de foot­ball (FAF). Il s’in­surge contre ce qu’il qua­li­fie d’«ex­clu­sion pro­gram­mée des pro­fes­sion­nels» no­tam­ment ceux du Sud, et es­time que la mort lente de la pra­tique spor­tive à Ouar­gla a dé­jà com­men­cé. Pre­mier couac : la po­lé­mique au­tour de la mise à dis­po­si­tion de la wi­laya de Ouar­gla d’un ter­rain, dans la daï­ra de Si­di Khoui­led, pour la créa­tion d’un centre de for­ma­tion des équipes na­tio­nales de la FAF. Smaïl He­ni­da se dit ou­tré de voir que le pré­sident de la FAF omette sciem­ment les be­soins en for­ma­tion de toute une ré­gion en fa­veur d’un pro­jet qui n’ap­por­te­ra rien aux jeunes de la ré­gion : «Notre prio­ri­té n’est pas de créer un centre de for­ma­tion des équipes na­tio­nales qui se­ra fer­mé la moi­tié de l’an­née, mais plu­tôt d’un centre de for­ma­tion des jeunes ta­lents qui ser­vi­ra la ré­gion et les équipes na­tio­nales par ri­co­chet.»

PÉ­PI­NIÈRE

Quelles sont les pro­po­si­tions du pré­sident du Fo­reps, qui vient de clô­tu­rer dans la dou­leur la for­ma­tion de 40 jeunes ta­lents spor­tifs en foot­ball for­més cinq ans du­rant et mis à la dis­po­si­tion d’une équipe lo­cale émer­gente ? «Par­mi nos pro­po­si­tions, la do­ta­tion en moyens fi­nan­ciers des trois écoles exis­tant dans la wi­laya – le Fo­reps30, l’école de Toug­gourt et celle de Has­si Mes­saoud – pour les his­ser au sta­tut d’école des ta­lents spor­tifs afin d’as­su­rer un sui­vi des jeunes et ca­pi­ta­li­ser l’ex­per­tise ac­quise de­puis toutes ces an­nées.» Les jeunes for­més ces der­nières an­nées sont ma­jo­ri­tai­re­ment par­tis ailleurs. Sur le plan lo­cal, He­ni­da tire à bou­lets rouges sur les or­ga­ni­sa­teurs des ré­centes fes­ti­vi­tés du 1er No­vembre pour leur manque de consi­dé­ra­tion fla­grant, alors que le spec­tacle spor­tif pré­pa­ré un mois du­rant n’a vu la pré­sence d’au­cun of­fi­ciel ne se­rait-ce que pour sa­luer les spor­tifs ve­nus re­pré­sen­ter la wi­laya de Ghar­daïa voi­sine. Deux fi­nales ont en ef­fet op­po­sé les équipes du Fo­reps30 de Ouar­gla aux écoles de foot­ball du 40 Toug­gourt et Tad­j­nint d’El At­teuf à Ghar­daïa, dans les ca­té­go­ries écoles et mi­nimes. Cette fes­ti­vi­té, pré­pa­rée de concert avec la di­rec­tion de la jeu­nesse et des sports, de­vait ser­vir de trem­plin pour les jeunes ta­lents afin que le wa­li de Ouar­gla ap­puie la pro­po­si­tion, au­près de la FAF et de So­na­trach, de créa­tion d’une grande école ré­gio­nale des ta­lents rayon­nant sur le Sud. He­ni­da n’en dé­mord pas : «Nous at­ten­dions cette oc­ca­sion de­puis cinq ans pour mon­trer les ré­sul­tats de notre école de for­ma­tion qui a été la pé­pi­nière de ta­lents spor­tifs dans les dis­ci­plines du foot­ball, hand­ball et athlétisme filles et gar­çons. Cette fi­nale a été l’oc­ca­sion ra­tée de par­ler au wa­li de nos dif­fi­cul­tés sur le ter­rain, no­tam­ment celles d’ordre fi­nan­cier puisque la sub­ven­tion an­nuelle de notre école n’a pas ex­cé­dé les 150 000 DA en deux ans, ce qui ne suf­fit même pas à re­nou­ve­ler le ma­té­riel pé­da­go­gique.» En clair, une qua­ran­taine de pe­tits cham­pions de foot­ball (ca­té­go­rie mi­nimes gar­çons)at­tendent une va­lo­ri­sa­tion et une re­con­nais­sance de leur sta­tut.

FOOTBALLEUSES

L’autre pro­blème sou­li­gné par le pré­sident du Fo­reps30 est la sus­pen­sion sine die de la for­ma­tion des filles de­puis une an­née à cause des pro­messes non te­nues par l’APC de Ouar­gla concer­nant l’amé­na­ge­ment du stade de l’école Aï­cha Noua­ceur qui a été la ma­trice de plu­sieurs ac­ti­vi­tés fé­mi­nines comme le hand­ball filles et le vol­ley ball ja­dis. Ce stade, si­tué en plein centre-ville, dans une des plus an­ciennes écoles, est le mieux in­di­qué pour les ac­ti­vi­tés fé­mi­nines, es­timent les en­traî­neurs qui dé­plorent la perte d’es­poir dans la for­ma­tion d’une qua­ran­taine de footballeuses de Ouar­gla cause du pro­blème d’in­sé­cu­ri­té dans le quar­tier Chor­fa. «Les fa­milles ont au­to­ri­sé la pra­tique de cette ac­ti­vi­té phy­sique à la condi­tion que ce­la se passe dans des condi­tions pé­da­go­giques et sé­cu­ri­taires idoines», ajoute Smaïl He­ni­da. Autre qui­pro­quo : le conflit ou­vert avec le di­rec­teur de l’édu­ca­tion de Ouar­gla qui au­rait ac­cu­sé le Fo­reps30 de «me­na­cer les édi­fices pu­blics de l’édu­ca­tion». Une af­faire en jus­tice op­pose les deux par­ties de­puis que le mi­nis­tère de tu­telle n’a pas ju­gé utile d’in­ter­ve­nir pour le main­tien de l’ac­ti­vi­té du Fo­reps30 au sein de l’école Aï­cha Noua­ceur alors qu’il y a élu do­mi­cile cinq an­nées avec une au­to­ri­sa­tion lé­ga­le­ment re­mise par l’ex­di­rec­teur de l’édu­ca­tion, va­lable jus­qu’à fin 2018, cou­vrant les quatre an­nées du man­dat olym­pique et alors que le di­rec­teur de l’édu­ca­tion est lui-même pré­sident de la ligue du sport sco­laire et qu’il bé­né­fi­cie des jeunes ta­lents for­més par le Fo­reps30 pour consti­tuer ses équipes, il lui in­ter­dit d’ac­cé­der au stade sous pré­texte d’une di­rec­tive du Pre­mier mi­nistre qui pro­hibe l’ou­ver­ture des écoles fêtes de ma­riages et autres fes­ti­vi­tés.

JEUNES TA­LENTS

«Nous ne nous ex­pli­quons pas les rai­sons de cette prise de po­si­tion, nous avons été sur­pris par la ré­ac­tion du nou­veau di­rec­teur de l’école Aï­cha Noua­ceur qui a re­fu­sé de nous per­mettre de re­prendre nos ac­ti­vi­té pour la sai­son spor­tive 2017/2018. Notre ob­jec­tif est de don­ner un exemple aux clubs car nous sé­lec­tion­nons l’élite sco­laire pour la for­mer et en faire bé­né­fi­cier les clubs et la ligue du sport sco­laire. Pour l’heure, 22 joueurs de la ca­té­go­rie des mi­nimes du Fo­reps30 sont mis à la dis­po­si­tion du club Nad­jm Bou­gou­fa­la qui évo­lue dans la ligue ré­gio­nale de foot­ball dans le cadre d’une con­ven­tion d’une an­née.» Point fo­cal de l’in­ter­ven­tion de Smail He­ni­da, l’in­dis­pen­sable prise en compte des jeunes ta­lents spor­tifs du Sud al­gé­rien dont les ca­rac­té­ris­tiques mor­pho­lo­giques sont dû­ment re­con­nues pour être ty­pi­que­ment afri­caines, donc très per­for­mantes. «Une pé­pi­nière à ciel ou­vert qui a be­soin d’être for­mée par un ap­pren­tis­sage tech­nique et une bonne ini­tia­tion de base tant le ga­ba­rit, la mor­pho­lo­gie et l’élan peuvent être utiles pour ar­ri­ver à at­teindre l’ob­jec­tif d’un tro­phée na­tio­nal et in­ter­na­tio­nal», es­time le coach, qui dé­plore que l’Al­gé­rie, un vrai conti­nent, ne pro­fite pas des élé­ments-clés du Sud par manque de for­ma­tion de base et d’in­ves­tis­se­ment dans ce tré­sor. «Ils sont re­con­nais­sables dans la rue, bruns de peau, grand ga­ba­rit, mais ils n’ont pas ac­cès à la for­ma­tion tech­nique et se perdent dans la foule. J’en ren­contre tous les jours», dit-il.

MES­SAGE

Concrè­te­ment, le mes­sage du pré­sident du Fo­reps30 au pré­sident de la FAF et au mi­nistre de la jeu­nesse et des sports com­prend trois vo­lets :

1- Ré­vi­sion du pro­gramme d’ou­ver­ture de centres de for­ma­tion de jeunes ta­lents an­non­cé par la FAF : un au Centre, un à l’Est, deux à l’Ouest et pas un seul au Sud ! 2- Ouar­gla mé­rite l’ou­ver­ture d’un tel centre de par sa po­si­tion de ca­pi­tale du Sud, de par les in­fra­struc­tures et l’en­ca­dre­ment tech­nique exis­tants.

3- Pour­quoi ou­vrir un centre de pré­pa­ra­tion des équipes na­tio­nales qui ne pro­fite en rien aux en­fants de la ré­gion ? Le ter­rain af­fec­té par la wi­laya à la créa­tion de ce centre de­vrait être con­di­tion­né par le fi­nan­ce­ment par la FAF d’une centre de for­ma­tion des jeunes ta­lents pour tout le Sud al­gé­rien.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.