Ferme agri­cole de Bordj Me­naïel : les em­ployés pri­vés de sa­laire de­puis une an­née

El Watan week-end - - 7 Jours - R. Keb­ba­bi

Au mo­ment où le pré­sident de la Ré­pu­blique ap­pelle à la pré­ser­va­tion des terres agri­coles et leur ex­ploi­ta­tion op­ti­male pour ré­duire les im­por­ta­tions, à Bordj Me­naïel (Bou­mer­dès), une ferme pi­lote de 950 hec­tares est à l’aban­don, li­vrée au pillage. Les em­ployés de cette en­ti­té, gé­rée par la so­cié­té pu­blique Fri­go­me­dit (en­tre­pôts fri­go­ri­fiques de la Mé­di­ter­ra­née), n’ont pas été payés de­puis plus d’une an­née faute d’ar­gent. «Ce­la fait 12 mois que je tra­vaille ici sans être payé. Je n’ai même pas de quoi ache­ter une ba­guette ou un sa­chet de lait pour mes en­fants. A force de leur de­man­der de me dé­pan­ner, mes amis m’évitent au­jourd’hui tant je n’ai pas te­nu ma pro­messe de les rem­bour­ser», ful­mine, désa­bu­sé, un agent de sé­cu­ri­té de la ferme. Ce père de trois en­fants et ses col­lègues de tra­vail sont ré­duits à qué­man­der pour sub­ve­nir à leurs be­soins les plus élé­men­taires. Ils tra­vaillent au ni­veau de la ferme de­puis plus de trois ans. Cette ex­ploi­ta­tion ne cesse de ré­tré­cir à cause de la pro­li­fé­ra­tion des construc­tions illi­cites et des dé­pôts de gra­vats par des en­tre­prises ac­ti­vant dans la ré­gion sans qu’au­cune au­to­ri­té ne ré­agisse. «Notre em­ployeur, Fri­go­me­dit, est une NJliale du groupe Agro­log qui re­groupe 11 fermes agri­coles à l’échelle na­tio­nale. Son siège se trouve à Roui­ba. Nous sommes al­lés ré­cla­mer nos dus à maintes re­prises, mais au­cun res­pon­sable ne nous a re­çus. Comme si nous n’étions pas des em­ployés de l’en­tre­prise», s’in­dignent les plai­gnants. Et d’ajou­ter : «La se­maine der­nière, on nous a dit d’al­ler ré­cla­mer au­près du groupe à Al­ger, mais là aus­si on fait la sourde oreille à notre re­ven­di­ca­tion. On nous a dit qu’il fal­lait une au­to­ri­sa­tion du mi­nis­tère pour dé­blo­quer l’ar­gent et nous payer.» Cer­tains em­ployés ont dé­non­cé le dé­pha­sage entre le dis­cours du pré­sident de la Ré­pu­blique et l’état de la ferme. Celle-ci est de­ve­nue le sym­bole de la faillite des po­li­tiques de re­struc­tu­ra­tion des terres agri­coles en­ga­gées de­puis 2010, alors qu’il y a vingt ans, elle fai­sait vivre des cen­taines de fa­milles de la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.