Boui­ra : le Sna­pap dé­nonce les pres­sions du di­rec­teur de l’OPOW

El Watan week-end - - 7 Jours - Amar Fedj­khi

Plu­sieurs em­ployés adhé­rents au Syn­di­cat na­tio­nal au­to­nome des per­son­nels de l’ad­mi­nis­tra­tion pu­blique (Sna­pap) ont ob­ser­vé, hier, un ras­sem­ble­ment de pro­tes­ta­tion, à l’ex­té­rieur de la di­rec­tion de l’of­fice pu­blic om­ni­sports de la wi­laya de Boui­ra, en signe de dé­non­cia­tion contre «les pra­tiques illé­gales et les pres­sions in­jus­ti­fiées» éma­nant du di­rec­teur de l’OPOW, a-t-on consta­té sur place. «Non à la ho­gra. Non à la mar­gi­na­li­sa­tion. Les tra­vailleurs de­mandent l’in­ter­ven­tion du wa­li. On en a marre de la mé­dio­cri­té», li­sait-on sur les ban­de­roles et pan­cartes bran­dies par les ma­ni­fes­tants. Des membres de la sec­tion syn­di­cale en ques­tion ont dé­cla­ré que le di­rec­teur est al­lé même jus­qu’à me­na­cer les em­ployés de sanc­tions au cas où ils par­ti­ci­pe­raient à l’ac­tion de pro­tes­ta­tion. «Le res­pon­sable de l’OPOW a, en guise de re­pré­sailles, mis en place, un nou­veau mode opé­ra­toire à l’en­contre du per­son­nel de l’ad­mi­nis­tra­tion. Des fonc­tion­naires en­durent des pres­sions énormes.» «Nous dé­non­çons la pres­sion hié­rar­chique qui a des consé­quences né­faste sur nos ren­de­ment», ont-ils ajou­té. Un em­ployé af­fi­lié au Sna­pap a té­moi­gné qu’il a été mu­té de ma­nière «ar­bi­traire» vers un éta­blis­se­ment re­le­vant de l’OPOW si­tué à Sour El Ghoz­lane. «Nous res­sen­tons un ma­laise pro­fond», ont dé­non­cé ces syn­di­ca­listes, ajou­tant que ces pres­sions se tra­duisent par le har­cè­le­ment mo­ral, des sus­pen­sions et par­fois des mu­ta­tions. In­ter­ro­gé, le di­rec­teur de l’OPOW, Fouad Daa­ba, a nié ca­té­go­ri­que­ment les al­lé­ga­tions et ac­cu­sa­tions por­tées contre lui en in­di­quant que l’ac­ti­vi­té syn­di­cale est ré­gie par des lois. «Nous n’avons pas de sec­tion syn­di­cale du Sna­pap au sein de notre éta­blis­se­ment. Trois de nos em­ployés ont pris part à ce mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion illé­gal», a-t-il in­di­qué. S’agis­sant des «pres­sions» et autres «ac­cu­sa­tions», le res­pon­sable a sou­li­gné que tout fonc­tion­naire est ap­pe­lé à as­su­rer sa tâche en pré­ci­sant que la plu­part des tra­vailleurs n’ont pas ré­pon­du pré­sent à l’ap­pel du Sna­pap. «Nous avons beau­coup d’ac­ti­vi­tés spor­tives et les mu­ta­tions ef­fec­tuées entrent dans le cadre d’un ca­len­drier bien pré­cis, vi­sant à ga­ran­tir et as­su­rer le bon fonc­tion­ne­ment de nos ser­vices», a ex­pli­qué M. Daa­ba.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.