Mo­bi­li­sa­tion des ci­toyens pour re­trou­ver les har­ra­ga dis­pa­rus à Tig­zirt

El Watan week-end - - 7 Jours - Ha­fid Az­zou­zi

Les ci­toyens d’Iflis­sen, dans la daï­ra de Tig­zirt, à 50 ki­lo­mètres au nord de Ti­zi Ou­zou, se sont mo­bi­li­sés pour conti­nuer les re­cherches afin de re­trou­ver les deux autres har­ra­ga dis­pa­rus en mer, après le nau­frage de leur barque où se trou­vaient 11 jeunes qui vou­laient re­joindre l’Eu­rope. A 7h, hier, des di­zaines de per­sonnes, dont des pé­cheurs de la ré­gion, sont sor­ties en mer pour y ef­fec­tuer des re­cherches. Les dis­pa­rus sont Cherif Med­ji­ba, 24 ans, et un autre jeune de Bou­mer­dès dont on ignore le nom. Il est à rap­pe­ler, en ef­fet, que l’em­bar­ca­tion des har­ra­ga en ques­tion a cha­vi­ré une heure après leur dé­part, mer­cre­di, à 1h, d’une crique non loin de la plage de Tam­da Ou­gue­moun, dans la com­mune d’Iflis­sen. Les té­moi­gnages des ha­bi­tants de la ré­gion, no­tam­ment ceux qui ont pu par­ler à l’un des res­ca­pés, éva­cués à l’hô­pi­tal de Tig­zirt, af­firment tous que les vic­times de cette mal­heu­reuse aven­ture sont par­ties à bord d’une an­cienne em­bar­ca­tion. «Après avoir consta­té l’in­fil­tra­tion de l’eau de mer, car la barque était trouée, ils ont dé­ci­dé de re­brous­ser che­min et re­ve­nir au ri­vage. C’est du­rant leur re­tour que l’em­bar­ca­tion a cha­vi­ré», nous a ra­con­té un ci­toyen, qui a ajou­té que l’un des res­ca­pés a été ré­cu­pé­ré par des pé­cheurs au large de Si­di Kha­led et les autres du cô­té d’Azef­foun. Il y a cinq res­ca­pés, sau­vés par des élé­ments de la ma­rine na­tio­nale et des pé­cheurs. On parle d’un sixième qui a réus­si à at­teindre le ri­vage, à la nage. Trois dé­cès ont été mal­heu­reu­se­ment en­re­gis­trés lors de ce drame, pré­cise-t-on. La po­pu­la­tion des lo­ca­li­tés cô­tières de la wi­laya de Ti­zi Ou­zou est sous le choc suite au drame pro­vo­qué par cette ten­ta­tive d’émi­gra­tion clan­des­tine. «Nos jeunes doivent être cons­cients des risques de ce genre d’aven­ture. C’est dan­ge­reux. J’es­père que ce qui s’est pas­sé dis­sua­de­ra les autres qui veulent par­tir en har­ga», a dé­cla­ré un père de fa­mille, qui af­firme que plu­sieurs jeunes sont par­tis à par­tir de Tig­zirt et Azef­foun, où des ci­toyens ont or­ga­ni­sé, mer­cre­di, un ras­sem­ble­ment de­vant l’APC pour ex­pri­mer leurs ap­pré­hen­sions quant à ce phé­no­mène qui prend des pro­por­tions alar­mantes. Le maire d’Azef­foun, Ha­cen Oua­li, a pré­ci­sé, lors d’une dé­cla­ra­tion à la presse, qu’il y a sept jeunes qui sont par­tis ré­cem­ment de sa com­mune à bord d’une barque, pour re­joindre l’autre cô­té de la Mé­di­ter­ra­née. «Nous n’avons au­cune nou­velle de ces sept jeunes par­tis d’Azef­foun. Nous avons aler­té les ser­vices de la wi­laya et les mi­nis­tères concer­nés pour cher­cher à connaître le sort de ces jeunes», a-t-il pré­ci­sé. Des ci­toyens nous ont confié éga­le­ment que des di­zaines de ten­ta­tives d’émi­gra­tion clan­des­tine à par­tir de la côte de la wi­laya de Ti­zi Ou­zou, via la mer, ont avor­té. Ils tirent ain­si la son­nette d’alarme tout en s’in­quié­tant du fait que le phé­no­mène en ques­tion soit de­ve­nu l’une des grandes pré­oc­cu­pa­tions de la po­pu­la­tion lo­cale. «Main­te­nant, les pa­rents sont vrai­ment dans l’in­quié­tude en rai­son de l’am­pleur de la har­ga. Ils ont peur pour leurs en­fants car, au­jourd’hui, avec le manque de com­mu­ni­ca­tion entre les membres d’une même fa­mille, ce­la peut s’avé­rer un vé­ri­table dan­ger», nous ex­plique un autre père de fa­mille. Et de pré­ci­ser que les mau­vaises condi­tions so­ciales poussent les jeunes à al­ler cher­cher le confort sous d’autres cieux plus clé­ments. Notre in­ter­lo­cu­teur ajoute que les lo­ca­li­tés cô­tières de Ti­zi Ou­zou sont très pauvres. Il n’y a ni agri­cul­ture ni in­dus­trie pou­vant ré­sor­ber le taux de chô­mage ga­lo­pant de la classe ju­vé­nile. «Notre ré­gion est dé­lais­sée par les pou­voirs pu­blics. Il n’y a au­cune usine, ni autre ac­ti­vi­té qui peuvent di­mi­nuer un peu le nombre des chô­meurs», se dé­sole-t-il tout en sug­gé­rant l’or­ga­ni­sa­tion de cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion contre la har­ga. Se­lon lui, il y a des per­sonnes qui tra­vaillent comme ou­vriers ma­noeuvres pen­dant plu­sieurs an­nées juste pour avoir de quoi prendre le large, alors que sou­vent l’aven­ture est pé­rilleuse.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.