Le can­di­dat du RND part fa­vo­ri à Ti­pa­sa

El Watan week-end - - 7 Jours - M’ha­med H.

La tra­di­tion re­la­tive à l’élec­tion au Sé­nat dans la wi­laya de Ti­pa­sa ne va pas dé­ro­ger à la règle en cette fin d’an­née 2018. Le pou­voir de l’ar­gent, comme à l’ac­cou­tu­mée, choi­si­ra son can­di­dat pour sié­ger au Sé­nat. Cinq élus lo­caux, en l’oc­cur­rence Smaïl, Djel­loul, Bra­him, Tou­fik et Ra­chid sont les can­di­dats en lice. 499 élus lo­caux ins­crits dans la wi­laya de Ti­pa­sa (APC et APW) sont ap­pe­lés à vo­ter pour un seul can­di­dat. Deux bu­reaux de vote sont mis à leur dis­po­si­tion. La wi­laya compte deux sièges au Sé­nat. Le can­di­dat du RND part fa­vo­ri. Le scru­tin se dé­rou­le­ra ce sa­me­di 29 dé­cembre au siège de la wi­laya, à par­tir de 8h et jus­qu’à 17h. Le coût d’une seule voix dé­pas­se­ra les 200 000 DA. La pro­cé­dure uti­li­sée est celle de la pro­cu­ra­tion. Les élus mar­chan­de­ront leurs voix. In­té­grer le Sé­nat dé­pen­dra de la for­tune. Un ex-sé­na­teur nous a ré­vé­lé le mé­ca­nisme pra­ti­qué à tra­vers le sys­tème de «pro­cu­ra­tion», un do­cu­ment si­gné au­près d’un no­taire. Pour la wi­laya de Ti­pa­sa, qui fait sem­blant de faire du­rer le sus­pense, le can­di­dat de la for­ma­tion po­li­tique d’Ah­med Ouya­hia se­ra élu par ses pairs afin de jouir des avan­tages ac­cor­dés par l’Etat à un sé­na­teur et pou­voir en­suite faire fruc­ti­fier sa for­tune, à l’ins­tar de ses pré­dé­ces­seurs. L’amère ex­pé­rience vé­cue par un pré­sident d’APC avait em­pê­ché ce­lui-ci de se por­ter can­di­dat en 2018 pour l’élec­tion sé­na­to­riale. Un sé­na­teur RND se trouve à la pri­son de Ko­léa, pris en fla­grant dé­lit de cor­rup­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Algeria

© PressReader. All rights reserved.