L’avare

Mo­lière

Ecoute - - COIN LIBRAIRIE -

Sa han­tise ? Les vo­leurs et les dé­penses su­per­flues. Har­pa­gon, bour­geois ar­chi­riche mais ar­chi-avare, mène la vie dure à ses en­fants, Élise et Cléante, ain­si qu’à tout son per­son­nel do­mes­tique. Au­to­ri­taire, ce veuf co­lé­rique veut dé­ci­der pour ses en­fants qui ils vont de­voir épou­ser. Mais l’amour a bien peu de place dans ce choix. Ce qui compte sur­tout pour lui, c’est la dot qui ac­com­pagne le ma­riage. Ses en­fants, bien mal­heu­reux, s’op­posent par tous les moyens aux lu­bies de leur père. Sur­tout quand Cléante, amou­reux de Ma­riane, dé­couvre qu’har­pa­gon veut se ma­rier avec sa bien-ai­mée. Qui­pro­quos, re­bon­dis­se­ments, ti­rades mé­mo­rables comme : « Au vo­leur ! Au vo­leur ! À l’as­sas­sin ! Au meur­trier ! », qu’har­pa­gon crie lors­qu’il croit qu’on lui a vo­lé sa cas­sette rem­plie d’or… Cette pièce en cinq actes et en prose a été re­pré­sen­tée pour la pre­mière fois en 1668. De­puis, le rôle d’har­pa­gon a été joué par de nom­breuses cé­lé­bri­tés. On re­tient no­tam­ment l’in­ter­pré­ta­tion de Louis de Fu­nès qui fut éga­le­ment co­réa­li­sa­teur du film pa­ru en 1980. Mal­gré un ac­cueil mi­ti­gé des cri­tiques, ce der­nier est ab­so­lu­ment fi­dèle au texte et reste, bien des an­nées plus tard, l’une des adap­ta­tions de Mo­lière les plus mon­trées aux éco­liers.

Newspapers in French

Newspapers from Austria

© PressReader. All rights reserved.