PE­TITES NOU­VELLES

Die klei­nen blauen Männ­chen mit der großen Mütze feiern ei­nen run­den Ge­burts­tag: 60 Jahre wer­den sie alt. Ih­nen und al­len ih­ren Fans bleibt zu wün­schen, dass das Blau nie ver­blasst.

Ecoute - - SOMMAIRE -

Por­träts, Ku­rioses, Fak­ten, Mu­sik, Ki­no, Sprache … Kurze Mel­dun­gen zum Eins­tieg

Ils s’ap­pellent les Schlümpfe en al­le­mand, les Smurfs aux États-unis, les Su­ma­fu au Ja­pon, ou en­core les Pi­tu­fos en es­pa­gnol. Mais dans la langue de leur créa­teur, ils se nomment les « Sch­troumpfs ». C’est lors d’un dî­ner avec son ami et au­teur An­dré Fran­quin que le Belge Pierre Cul­li­ford (1928-1992), alias Peyo, va uti­li­ser pour la pre­mière fois le mot « schtroumpf ». Quand il de­mande à Fran­quin de lui pas­ser la sa­lière po­sée sur la table, il a sou­dain un trou de mé­moire : « Passe-moi le… la… heu… passe-moi le schtroumpf, là ! » C’est ain­si que le nom de toute une es­pèce de pe­tits bons­hommes bleus est né. Avant de de­ve­nir les hé­ros tels que nous les connais­sons, les Sch­troumpfs apparaissent pour la pre­mière fois en 1958, sous le crayon de Peyo, en tant que per­son­nages se­con­daires dans la bande des­si­née Jo­han et Pir­louit – La Flûte à six trous, re­bap­ti­sée La Flûte à six Sch­troumpfs. Pu­bliée à l’époque dans Le Jour­nal de Spi­rou, cette sé­rie pas­sionne le jeune pu­blic, et ces pe­tits lu­tins rendent très vite cu­rieux. Peyo n’a plus qu’à lais­ser libre court à son ima­gi­na­tion pour créer tout un monde de Sch­troumpfs ! Leurs aven­tures dé­butent dès 1959. Ces êtres hauts comme trois pommes vivent dans un vil­lage près d’une vaste fo­rêt, avec pour ha­bi­ta­tions des cham­pi­gnons. Ils doivent faire face au mé­chant sor­cier Gar­ga­mel et à son chat Az­raël. En tout, plus d’une cen­taine de Sch­troumpfs existent. Par­mi les plus connus : le Grand Schtroumpf, la Sch­troump­fette, le Schtroumpf gro­gnon, le Schtroumpf far­ceur, le Schtroumpf rê­veur… sans ou­blier le bé­bé Schtroumpf. Ils ont aus­si leur propre lan­gage ponc­tué de « Schtroumpf » : « Je m’en vais schtroump­fer un gâ­teau qui se­ra schtroump­fe­ment bon, pa­role de Schtroumpf ! » Afin de re­pré­sen­ter au mieux son uni­vers de Sch­troumpfs, Peyo va même jus­qu’à ram­per dans l’hu­mus pour se mettre à la place de ces êtres mi­nia­tures et ain­si ima­gi­ner ce qu’ils pour­raient res­sen­tir.

À l’oc­ca­sion du 60e an­ni­ver­saire de la nais­sance des Sch­troumpfs, le centre Wal­lo­nie-bruxelles de Pa­ris cé­lèbre le gé­nie de Peyo, jus­qu’au 28 oc­tobre 2018. À tra­vers des des­sins et des planches d’ori­gine, le vi­si­teur en ap­prend plus sur l’his­toire de ces pe­tits per­son­nages bleus et sur son créa­teur, un grand an­gois­sé qui se lais­se­ra mal­gré lui en­va­hir par le suc­cès pla­né­taire de ses pe­tits bons­hommes.

« Schtroumpf alors ! C’est notre an­ni­ver­sch­troumpf ! »

Newspapers in French

Newspapers from Austria

© PressReader. All rights reserved.