QUELQUES EX­PLI­CA­TIONS…

Ecoute - - LANGUE -

« Kaum hatte ich... » : il y a un écart de temps entre le mo­ment où la per­sonne s’as­soit et l’ex­plo­sion du pé­tard. « À peine » ex­prime mieux ce dé­ca­lage tem­po­rel que « dès que ».

« auf die Bank der Hal­tes­telle » : ici, il est ques­tion du banc d’un ar­rêt de trans­port en com­mun (d’un bus ou d’un tram).

« zi­schte...un­ter den Saum » : dans cette lo­cu­tion al­le­mande, l’idée du mou­ve­ment du pé­tard est ex­pri­mée à tra­vers l’ac­cu­sa­tif. En fran­çais, c’est le verbe qui l’ex­prime. « wie wild » : cette ex­pres­sion est fa­mi­lière en al­le­mand, d’où le choix du mot « cin­glé », du même ni­veau de langue.

« ließ … meine Strumpf­hose schmel­zen » : le verbe

« las­sen » se tra­dui­ra ici par « faire » et non « lais­ser » : « faire fondre mon col­lant ». « ab­ge­ris­sene Fin­ger »: « dé­chi­rer » ne convient pas, les doigts sont sé­pa­rés de la main, ce que l’on ex­pri­me­ra par « ar­ra­cher ». « Das ist doch Wahn­sinn » : il y a contre­sens avec « gé­nial », qui est po­si­tif. Au contraire c’est une hor­reur !

Newspapers in French

Newspapers from Austria

© PressReader. All rights reserved.