An­dro­maque

Jean Ra­cine

Ecoute - - COIN LIBRAIRIE -

Les Grecs viennent de rem­por­ter la guerre de Troie. Hec­tor est mort. En guise de tro­phées, Pyr­rhus, le vain­queur grec, re­çoit la femme d’hec­tor, An­dro­maque, et son fils As­tya­nax. Tous les deux sont em­pri­son­nés. Mais Pyr­rhus tombe amou­reux d’an­dro­maque qui fi­nit par cé­der à ses avances et ac­cepte de l’épou­ser, es­pé­rant ain­si sau­ver son fils en lui don­nant un pro­tec­teur. Or, Pyr­rhus de­vait se ma­rier à Her­mione. Folle de ja­lou­sie, cette der­nière de­mande à son pré­ten­dant Oreste de tuer Pyr­rhus. Il s’exé­cute. Mais lors­qu’elle dé­couvre que Pyr­rhus est mort, Her­mione court se tuer sur son ca­davre. Oreste sombre dans la dé­mence tan­dis qu’an­dro­maque de­vient reine.

La pièce An­dro­maque, tra­gé­die en vers de cinq actes, a été jouée pour la pre­mière fois le 17 no­vembre 1667 à la Cour, dans l’ap­par­te­ment de la reine au Louvre. La fa­çon nou­velle dont les pas­sions hu­maines y sont trai­tées en fait une « tra­gé­die hu­maine » qui rem­porte un franc suc­cès. Elle consti­tue la troi­sième pièce de Jean Ra­cine, qui avait 28 ans au mo­ment où il l’a écrite. An­dro­maque. Jean Ra­cine. Édi­tions Bor­das. 208 pages. Ni­veau dif­fi­cile.

Newspapers in French

Newspapers from Austria

© PressReader. All rights reserved.