Ce que « JLO » a pro­mis aux pa­trons fran­çais

Jeune Afrique - - Projecteurs -

Le 28 mai, len­de­main de son ar­ri­vée en France pour une vi­site of­fi­cielle, João Lou­ren­ço (« JLO ») s’est ren­du au Cercle de l’union in­ter­al­liée, rue du Faubourg-saint-ho­no­ré, à Pa­ris, à l’in­vi­ta­tion du Me­def in­ter­na­tio­nal, qui pré­voit d’or­ga­ni­ser un voyage en Angola d’ici à dé­cembre. Le pa­tro­nat fran­çais a réuni plus de 110 en­tre­pre­neurs de l’hexa­gone (trente de plus que pré­vu), par­mi les­quels les di­ri­geants des groupes les plus ac­tifs en Angola, Pierre Cas­tel (Groupe Cas­tel) et Pa­trick Pouyan­né (To­tal), qui par­rai­nait cette ren­contre. Vingt-cinq pa­trons an­go­lais étaient éga­le­ment pré­sents, dont Car­los Sa­tur­ni­no, pré­sident du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de So­nan­gol, la com­pa­gnie na­tio­nale pé­tro­lière.

Lors de cette réu­nion à huis clos, le chef de l’état an­go­lais a confir­mé la promesse faite une semaine plus tôt par Jo­sé de Li­ma Mas­sa­no, le gou­ver­neur de la Banque cen­trale, se­lon la­quelle la dette de 1 mil­liard d’eu­ros (es­ti­ma­tion basse) contrac­tée par Luan­da et les en­tre­prises pu­bliques au­près des so­cié­tés fran­çaises se­rait ré­glée d’ici à la finde juin. D’après nos sources, cette an­nonce pour­rait avoir été une condi­tion préa­lable po­sée par Pa­ris pour don­ner son aval à la vi­site of­fi­cielle de Lou­ren­ço. De­puis sa no­mi­na­tion à Luan­da en sep­tembre 2016, l’am­bas­sa­deur Syl­vai­nit­té est en ef­fet très sol­li­ci­té par les en­tre­prises fran­çaises pour al­ler né­go­cier leurs fac­tures au­près des au­to­ri­tés.

Après s’être ren­du à Tou­louse (sud de la France), JLO s’est en­vo­lé pour l’es­pagne le 30 mai, où il s’est ac­cor­dé quelques jours de re­pos. Il a en­suite re­joint Bruxelles le 3 juin afin d’abor­der no­tam­ment le dos­sier de la RD Con­go (lire p. 17).

João Lou­ren­ço à l’ély­sée, le 28 mai.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.