Tran­sports

Jeune Afrique - - Économie - F.M.

1Cor­ri­dor lo­gis­tique de Na­ca­la (Mo­zam­bique-ma­la­wi)

L’em­blé­ma­tique pro­jet d’in­fra­struc­tures fer­ro­viaires et por­tuaires de Na­ca­la, me­né par les mi­niers Vale et Mit­sui, ar­rive au pre­mier rang des meilleurs pro­jets d’in­fra­struc­tures dans la ca­té­go­rie tran­sports. « C’est un pro­jet mas­sif et co­los­sal, in­té­res­sant par son as­pect mul­ti-com­po­sants (fer­ro­viaire et por­tuaire) et aus­si parce qu’il im­plique deux pays », ex­plique Moyo Kam­gaing, di­rec­teur de la banque d’in­ves­tis­se­ment au sein du groupe pan­afri­cain Eco­bank. Les chiffres du pro­jet, es­ti­mé à 4,1 mil­liards d’eu­ros dont 2,3 mil­liards de dettes, donnent le tour­nis : 912 ki­lo­mètres de ligne fer­ro­viaire pour trans­por­ter du char­bon, cinq ac­cords de conces­sions fer­ro­viaires et por­tuaires, des ac­cords off-take pour les res­sources na­tu­relles, 108 do­cu­ments ju­ri­diques, 14 ins­ti­tu­tions fi­nan­cières dont des banques com­mer­ciales, des or­ga­nismes de dé­ve­lop­pe­ment. Et s’il est es­sen­tiel­le­ment dé­vo­lu au

fret, « il y a aus­si un as­pect trans­port des po­pu­la­tions qui lui donne éga­le­ment un im­pact so­cial », ex­plique Da­vid Do­nald­son, di­ri­geant D’IFC In­fra­ven­tures pour l’afrique. « Ce pro­jet contri­bue sans conteste à l’uni­fi­ca­tion du conti­nent et per­met au Ma­la­wi, un pays en­cla­vé, d’ex­por­ter ses res­sources mi­nières. Il doit ser­vir d’exemple à d’autres pro­jets d’in­fra­struc­tures trans­fron­ta­lières en Afrique », ex­plique Hen­ri Epes­sé, conseiller de la di­rec­tion chez l’éner­gé­ti­cien ca­me­rou­nais Eneo. Le pro­jet a at­teint son clo­sing fi­nan­cier le 23 fé­vrier, la construc­tion est qua­si­ment ache­vée de­puis mai 2017. Sou­mis­sion­naire:

White & Case (conseil ju­ri­dique des pro­mo­teurs du pro­jet)

2Ra­vi­na­la Air­ports (Ma­da­gas­car)

Le pro­jet de ré­ha­bi­li­ta­tion de deux aé­ro­ports in­ter­na­tio­naux à Ma­da­gas­car, avec à la clé une ca­pa­ci­té ad­di­tion­nelle de 1,5 mil­lion de pas­sa­gers par an, ar­rive au deuxième rang de notre com­pé­ti­tion. « C’est l’un des pre­miers financements de pro­jets à Ma­da­gas­car et le pre­mier deal aé­ro­por­tuaire en Afrique à être fi­nan­cé de­puis quelques an­nées, créant un pré­cé­dent pour les in­ves­tis­seurs étran­gers. Il sti­mu­le­ra les ac­ti­vi­tés éco­no­miques, et les nou­velles ins­tal­la­tions per­met­tront éga­le­ment la créa­tion de nom­breux em­plois pour la po­pu­la­tion lo­cale », note Tas An­va­ri­pour, fon­da­trice de The­mis. Dé­te­nue par Aé­ro­ports de Pa­ris (ADP), Bouygues Bâ­ti­ment In­ter­na­tio­nal, Co­las et Me­ri­diam Afri­ca, la so­cié­té Ra­vi­na­la Air­ports pos­sède une conces­sion de vingt-huit ans pour ré­no­ver les deux prin­ci­paux aé­ro­ports de l’île, Iva­to In­ter­na­tio­nal Air­port à An­ta­na­na­ri­vo et Fas­cene In­ter­na­tio­nal Air­port à No­sy Be. Le clo­sing fi­nan­cier a eu lieu en juin 2017, sur la base d’un fi­nan­ce­ment to­tal de 220 mil­lions d’eu­ros, dont 140 mil­lions de dette (fi­nan­ce­ment struc­tu­ré par IFC) et en­vi­ron 65 mil­lions d’equi­ty. « Ma­da­gas­car est un pays plein de dé­fis, qui n’a pas un très bon bi­lan en ma­tière d’in­ves­tis­se­ments pri­vés », sou­ligne un membre du ju­ry. Le pro­jet se­ra fi­nan­cé par des taxes aé­ro­por­tuaires clas­siques, les re­ve­nus gé­né­rés par les ac­ti­vi­tés com­mer­ciales (par­king, du­ty free, etc.) et par une re­de­vance spé­ciale cal­cu­lée de ma­nière à ne pas se ré­per­cu­ter né­ga­ti­ve­ment sur le tra­fic. Sou­mis­sion­naires: Bouygues Bâ­ti­ment In­ter­na­tio­nal (spon­sor), IFC (prê­teur), Al­len & Ove­ry (conseil ju­ri­dique des prê­teurs)

3Ter­mi­naux por­tuaires d’owen­do (Gabon)

« Ce pro­jet est l’an­ti­thèse du port co­lo­nial, car il vise unin­ves­tis­se­ment dans l’en­semble de la chaîne lo­gis­tique et s’ins­crit dans un pro­jet pro­fond de trans­for­ma­tion de l’éco­no­mie ga­bo­naise », sou­ligne l’éco­no­miste Car­los Lopes. « Ce genre de pro­jet est en gé­né­ral com­plexe à struc­tu­rer, en rai­son de la di­ver­si­té des com­po­santes (che­min de fer, mine et port). Les re­tom­bées fi­nan­cières et éco­no­miques se font dé­jà sen­tir », es­time Hen­ri Epes­sé. Pre­mier grand pro­jet lo­gis­tique afri­cain du sin­ga­pou­rien Olam, le ter­mi­nal po­ly­va­lent et sur­tout le ter­mi­nal mi­né­ra­lier, tous deux à Owen­do, dé­crochent la troi­sième place du clas­se­ment. Clos fi­nan­ciè­re­ment en 2016, l’en­semble de ce pro­jet por­tuaire est en­tré en ac­ti­vi­té com­mer­ciale l’an­née der­nière. Ce n’est pas tant son ca­rac­tère in­no­vant qui a été sa­lué par le ju­ry que la ca­pa­ci­té du spon­sor à le me­ner à bien en peu de temps sur un conti­nent où ce type d’aven­ture s’en­lise en­core trop souvent. Les deux ter­mi­naux ont été ache­vés en moins de deux ans, avec un suc­cès com­mer­cial et éco­no­mique dé­jà concret: le ter­mi­nal mi­né­ra­lier va pas­ser de 1,7 mil­lion de tonnes en 2017 à 3,1 mil­lions cette an­née et en­gen­drer 240 mil­lions de dol­lars de re­cettes liées à l’ex­por­ta­tion de man­ga­nèse, tan­dis que le ter­mi­nal po­ly­va­lent vise à ré­duire à la fois les coûts d’ex­port et les coûts d’im­port dans un pays ex­trê­me­ment dé­pen­dant des échanges avec l’ex­té­rieur. Sou­mis­sion­naire:

Olam (pro­mo­teur)

Le ter­mi­nal po­ly­va­lent d’owen­do, cons­truit en un temps re­cord de dix-huit mois, est le pre­mier grand pro­jet lo­gis­tique du sin­ga­pou­rien Olam sur le conti­nent.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.