L’afrique, terre d’in­no­va­tion di­gi­tale mais dont le socle reste à bâ­tir !

Jeune Afrique - - Communiqué - Sté­phane LELUX, Fon­da­teur, Pré­sident du Groupe Tac­tis / In­no­po­lis

En 2017, plus de 25 mil­lions d’eu­ros de tran­sac­tions mo­bile mo­ney ont été en­re­gis­trées par jour en Côte d’ivoire. Le Rwan­da a été pré­cur­seur mon­dial en 2016 pour la li­vrai­son par Drone de poches de sang. Ce ser­vice en moins de 30 min. a per­mis de sau­ver des vies en réa­li­sant 20% des li­vrai­sons vers des dis­pen­saires hors Ki­ga­li. La Sier­ra Léone a été le pre­mier pays au monde à uti­li­ser la Blo­ck­chain pour cer­ti­fier la dernière élec­tion pré­si­den­tielle. Les exemples foi­sonnent, l’afrique peut, mieux que tout autre conti­nent, sai­sir les op­por­tu­ni­tés de sauts tech­no­lo­giques.

L’afrique fait face à de mul­tiples dé­fis (boom dé­mo­gra­phique, chan­ge­ment cli­ma­tique) qui sont aus­si des op­por­tu­ni­tés d’in­no­va­tions per­met­tant de va­lo­ri­ser son po­ten­tiel hu­main et ses atouts créa­tifs, riches d’une di­ver­si­té cultu­relle unique.

D’ici à 2050, plus d’1,2 milliard d’afri­cains se­ront ur­bains, soit trois fois plus qu’au­jourd’hui. Cet es­pace ur­bain sou­vent dé­jà sa­tu­ré, non pla­ni­fié, in­vite l’in­no­va­tion di­gi­tale pour ap­por­ter des ré­ponses prag­ma­tiques (connec­ti­vi­té, éducation, san­té, éner­gie, mo­bi­li­té…). Per­mettre une in­no­va­tion fru­gale, c’est avant tout adap­ter les in­fra­struc­tures urbaines et contri­buer à an­crer du­ra­ble­ment la vie dans les vil­lages.

La Banque Afri­caine de Dé­ve­lop­pe­ment es­time qu’en­vi­ron 170 mil­liards d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments an­nuels au cours des pro­chaines dé­cen­nies se­ront né­ces­saires pour que le conti­nent se dote d’in­fra­struc­tures pro­duc­tives adap­tées, soit le double du rythme ac­tuel. L’in­fra­struc­ture n’est pas une fi­na­li­té mais un moyen à par­tir du­quel tout de­vient pos­sible, si elle a été bien conçue.

Au-de­là des res­sources fi­nan­cières, l’en­jeu se trouve dans le dé­ploie­ment de pro­jets pé­rennes et la ca­pa­ci­té des maîtres d’ou­vrages pu­blics à les pi­lo­ter. Trop de pro­jets sont en­ga­gés sans vi­sion claire de leur fi­na­li­té, des mo­da­li­tés de leur exploitation et de leur mo­dèle éco­no­mique. Le diable se cache dans les dé­tails : de la concep­tion aux tra­vaux, jus­qu’à l’exploitation. La pé­ren­ni­sa­tion de ce pa­tri­moine, socle de la trans­for­ma­tion di­gi­tale, passe aus­si par la mon­tée en com­pé­tence des sous-trai­tants lo­caux sou­vent sous pres­sion des contrats « clé en main » de grands in­dus­triels in­ter­na­tio­naux.

Un autre en­jeu est ce­lui des leviers de mon­tages pu­blics/ pri­vés et de la dé­cen­tra­li­sa­tion qui doivent être mo­bi­li­sés pour as­su­rer un mo­dèle éco­no­mique du­rable à ces grands pro­jets.

Ma convic­tion est que l e di­gi­tal per­met des sauts gé­né­ra­tion­nels do­tant l’afrique d’un nou­veau sta­tut de « terre d’in­no­va­tion et d’ins­pi­ra­tion » pour le monde en­tier, pour un di­gi­tal fru­gal, agile et in­clu­sif.

Ma convic­tion est que le di­gi­tal per­met des sauts gé­né­ra­tion­nels do­tant l’afrique d’un nou­veau sta­tut de « terre d’in­no­va­tion et d’ins­pi­ra­tion » pour le monde en­tier.

Avec plus de 50 % de ses ac­ti­vi­tés sur le conti­nent via ses im­plan­ta­tions, Tac­tis de­vient un ex­pert de référence afri­cain : sché­mas di­rec­teurs d’amé­na­ge­ment nu­mé­rique, plans haut dé­bit, ré­gu­la­tion des in­fra­struc­tures par­ta­gées, ser­vice uni­ver­sel, connec­ti­vi­té des vil­lages iso­lés, mon­tage de pro­jets, sui­vi et contrôle de backbone en fibre op­tique, da­ta­cen­ter, to­wer­co, fi­ber­co, etc. Tac­tis est éga­le­ment fon­da­teur de l’ini­tia­tive « Di­gi­tal Ob­ser­ver for Afri­ca », pla­te­forme ou­verte conçue comme un ac­cé­lé­ra­teur du par­tage de bonnes pra­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.