Le Sé­né­gal s’im­pose dans la ges­tion de don­nées

Alors que le conti­nent n’abrite que 1 % des sites de sto­ckage dans le monde, Da­kar bé­né­fi­cie en la ma­tière d’une lon­gueur d’avance sur ses voi­sins.

Jeune Afrique - - Dossier Télécoms - à Da­kar

AMA­DOU OURY DIAL­LO,

« DU FAIT DE SA MA­TU­RI­TÉ DANS LE SEC­TEUR, L’AFRIQUE DU SUD DÉ­TIENT DEUX TIERS DES ÉQUI­PE­MENTS », ANA­LYSE SERIGNE KEBE, FON­DA­TEUR DE CAP DC.

En ma­tière de construc­tion de da­ta cen­ters, le Sé­né­gal ap­pa­raît de plus en plus comme une place forte dans la sous-ré­gion. Le pays en compte au­jourd’hui trois. Et le ca­bi­net d’in­gé­nie­rie CAP DC en Afrique cen­trale et en Afrique de l’ouest (CAP DC ACO, fi­liale du fran­çais Cap In­ge­lec) s’est bien po­si­tion­né pour pro­fi­ter à plein de la crois­sance du sec­teur, avec 50 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires en 2017. Une bonne par­tie de ses ac­ti­vi­tés pro­viennent des grands pro­jets d’in­fra­struc­tures du Plan Sé­né­gal émergent, comme les nou­veaux pôles ur­bains de Diam­nia­dio et du Lac-rose, qui mettent les nou­velles tech­no­lo­gies à l’hon­neur.

L’en­tre­prise, fon­dée par l’in­gé­nieur sé­né­ga­lais Serigne Kebe, y in­ter­vient sur les opé­ra­tions tech­niques liées au cal­cul de l’éner­gie, à la cli­ma­ti­sa­tion, la sé­cu­ri­té, la formation, le fi­nan­ce­ment d’autres pro­jets, grâce au concours, par exemple, de la banque d’in­ves­tis­se­ment BPI. Elle ne se po­si­tionne pas en­core sur la ges­tion de da­ta cen­ters ou la vente de ser­vices d’hé­ber­ge­ment… C’est ain­si qu’elle a conçu le centre de don­nées de l’opé­ra­teur his­to­rique So­na­tel, fi­liale d’orange, le plus grand à ce jour en Afrique de l’ouest, mis en ser­vice en 2017, et qu’elle réa­lise ce­lui de l’agence de dé­ve­lop­pe­ment de l’in­for­ma­tique de l’état (Adie) pour le compte du gou­ver­ne­ment sé­né­ga­lais.

Ob­jec­tif : in­ter­con­nec­ter 24 pays afri­cains

Concer­nant ce­lui de l’opé­ra­teur Ti­go, en ac­ti­vi­té lui aus­si de­puis 2017, CAP DC ACO s’est plu­tôt concen­tré sur son pro­ces­sus de cer­ti­fi­ca­tion et sur la formation. Se­lon Serigne Kebe, les coûts cu­mu­lés de ces trois plus im­por­tants pro­jets de da­ta cen­ters réa­li­sés au Sé­né­gal (où les principaux concep­teurs sont no­tam­ment les fran­çais APL, Cri­ti­cal Buil­ding, CFAO Tech­no­lo­gies, et le chi­nois Hua­wei) sont es­ti­més à plu­sieurs di­zaines de mil­lions d’eu­ros. À l’échelle du conti­nent, la note at­teint plu­sieurs cen­taines de mil­lions. L’en­tre­prise y a pi­lo­té la phase de concep­tion des centres de trai­te­ment de don­nées du Grou­pe­ment Orange Ser­vices (GOS), en Côte d’ivoire, où elle compte ou­vrir une nou­velle fi­liale l’an­née pro­chaine, et d’orange Ca­me­roun, le plus grand d’afrique cen­trale. En par­te­na­riat avec le groupe Afri­ca De­ve­lop­ment Solutions (ADS), de l’en­tre­pre­neur ma­lien Sam­ba Ba­thi­ly, elle dé­ve­loppe le pro­jet Smart Afri­ca, un de ses chan­tiers les plus im­por­tants, dont l’ob­jec­tif est d’in­ter­con­nec­ter plus de vingt-quatre pays du conti­nent et de les do­ter d’in­fra­struc­tures de sto­ckage.

Serigne Kebe reste très confiant. Les pro­jets se mul­ti­plient sur un conti­nent où les centres de don­nées pro­fes­sion­nels en Afrique ne datent que d’en­vi­ron cinq ans. De grandes an­nonces ont été faites du­rant l’an­née écou­lée. En­mai2017, pour la pre­mière fois, un Ga­fam (Google, Ama­zon,

Fa­ce­book, Apple, Mi­cro­soft), en l’oc­cur­rence Mi­cro­soft, a an­non­cé l’im­plan­ta­tion de deux da­ta cen­ters en Afrique du Sud. Le bri­tan­nique Zir­com et le ma­ro­cain Me­da­sys ont an­non­cé le lan­ce­ment, dans le royaume, d’un pro­jet de très grand centre de don­nées qui au­rait pour vo­ca­tion d’hé­ber­ger un cloud pour l’afrique.

Un en­vi­ron­ne­ment lé­gis­la­tif sé­cu­ri­sé

L’opé­ra­teur Liquid Te­le­com, établi à Mau­rice, en­vi­sage, lui, d’in­ves­tir 110 mil­lions de dol­lars (94,5 mil­lions d’eu­ros) dans ses da­ta cen­ters. Le jeune pa­tron de CAP DC ACO, for­mé à l’école su­pé­rieure po­ly­tech­nique de Da­kar (ESP), juge sa­tis­fai­sant le rythme de dé­ve­lop­pe­ment des da­ta cen­ters et des ser­vices as­so­ciés au Sé­né­gal et, plus gé­né­ra­le­ment, sur le conti­nent, et il es­time que le po­ten­tiel de crois­sance est très fort. « L’afrique n’abrite que 1 % de ces in­fra­struc­tures construites dans le monde », rap­pelle-t-il. Les dis­pa­ri­tés va­rient en fonc­tion des pays et des ré­gions. Le Sé­né­gal bé­né­fi­cie, par exemple, d’une lé­gère avance en ma­tière d’in­fra­struc­tures par rap­port à cer­tains de ses

voi­sins. Et, com­pa­rée à l’afrique cen­trale, l’afrique de l’ouest dis­pose d’un plus grand nombre de da­ta cen­ters.

Ce­pen­dant, « du fait de la ma­tu­ri­té de son sec­teur des té­lé­coms, ana­lyse Serigne Kebe, l’afrique du Sud dé­tient en­vi­ron les deux tiers [près d’une tren­taine de centres] du parc du conti­nent ». « Dans les pro­chaines an­nées, juge-t-il, ce pour­cen­tage de­vrait lo­gi­que­ment tendre vers plus d’équilibre, vu les quan­ti­tés des don­nées à pro­duire, à trai­ter, et à sto­cker sur place. Un po­ten­tiel d’au­tant plus in­té­res­sant si on prend en compte les pro­chaines contraintes d’ordre ré­gle­men­taire, éco­no­mique et tech­nique de­vant toutes fa­vo­ri­ser le dé­ploie­ment des da­ta cen­ters plus proches de leurs pro­prié­taires et de leurs usa­gers. » Les zones stra­té­giques proches des câbles sous-ma­rins in­ter­na­tio­naux sont de­ve­nues des « hubs » prio­ri­taires: Djibouti, l’égypte et toute la côte ouest-afri­caine.

Les grands pays an­glo­phones (le Ni­ge­ria, avec les centres de don­nées de Main One ou Rack Centre, ou la zone East Afri­ca) sont ac­tuel­le­ment en plein dé­ve­lop­pe­ment, na­tu­rel­le­ment iden­ti­fiés comme prio­ri­taires par l’in­dus­trie in­for­ma­tique mon­diale, elle-même de culture an­glo­saxonne. « Les zones fran­co­phones ont une vé­ri­table carte à jouer. Elles ont une fe­nêtre de tir de cinq ans pour créer des al­ter­na­tives aux Ga­fam. Pour ce­la, les gou­ver­ne­ments de­vront pro­po­ser ra­pi­de­ment un en­vi­ron­ne­ment lé­gis­la­tif sé­cu­ri­sé au­tour des don­nées », sou­ligne Serigne Kebe.

Mon­tage d’un sys­tème de ser­veur de CAP DC, à Ru­fisque.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.