Foot­bal­leurs voyous

Jeune Afrique - - Post-scriptum -

Est-il im­pos­sible d’être exem­plaire sur le ter­rain ?

Au­cun doute n’est per­mis : la « balle au pied » est le sport le plus po­pu­laire au monde. Il n’y a qu’à voir la fer­veur et les pas­sions qu’il sus­cite, en cette Coupe du monde 2018 or­ga­ni­sée chez le ju­do­ka Vla­di­mir Vla­di­mi­ro­vitch Pou­tine, pour s’en rendre compte. D’où vient cette hys­té­rie col­lec­tive, trans­gé­né­ra­tion­nelle, uni­ver­selle ? Ma foi, je n’en sais rien! Je constate sim­ple­ment que même des ci­toyens dont les pays ne jouent pas en Rus­sie se sentent con­cer­nés et sou­tiennent des équipes na­tio­nales de leur choix pour, sans doute, dé­mon­trer que, tout compte fait, la balle au pied n’a pas de frontières. Est-ce à dire que le na­tio­na­lisme étroit et mes­quin est loin, très loin der­rière nous? Je me garde de toute af­fir­ma­tion béate.

La Coupe du monde de football c’est aus­si, dans beau­coup de pays, la dé­ser­tion des bu­reaux par des fonc­tion­naires qui ne veulent pas ra­ter le moindre dribble, la moindre fan­tai­sie même s’ils savent que les ren­contres sont re­dif­fu­sées. C’est éga­le­ment, pour cer­tains res­tau­rants et dé­bits de bois­sons, l’oc­ca­sion de voir leurs re­cettes aug­men­ter parce que les clients qui af­fluent ne sont pas abon­nés à la té­lé­vi­sion par câble et viennent sur­tout pour suivre les matchs. Je ne sais pas quelle im­pres­sion vous gar­de­rez de cette com­pé­ti­tion. Pour ma part, je ne cache pas ma dé­so­la­tion, n’en dé­plaise à tous les ja­seurs. En sport, comme dans n’im­porte quelle autre com­pé­ti­tion, une règle d’or existe : le fair-play. Or, au fil des matchs, beau­coup de joueurs se sont illus­trés par des actes d’an­ti­jeu sys­té­ma­tiques, des agres­sions ca­rac­té­ri­sées à qui mieux mieux, des si­mu­la­tions idiotes, des contes­ta­tions in­tem­pes­tives de dé­ci­sions ar­bi­trales…

Haut-le-coeur

Ces foot­bal­leurs écer­ve­lés ont fait fi d’une réa­li­té évi­dente : pour la jeu­nesse du monde en­tier, ils sont des mo­dèles à suivre. Cette jeu­nesse s’iden­ti­fie à eux, ne jure que par eux. D’où cette ques­tion : est-il im­pos­sible d’être exem­plaire sur un ter­rain de football ? On peut me ré­tor­quer que ces dé­ra­pages sont le fait d’une pe­tite mi­no­ri­té in­cons­ciente. Peut-être. Mais quand on ad­di­tionne les actes ré­pré­hen­sibles com­mis par des joueurs dans tous les stades de Rus­sie du­rant cette com­pé­ti­tion, on ne peut qu’avoir un haut-le-coeur. Et se de­man­der si l’ins­tance in­ter­na­tio­nale qui s’oc­cupe du football ne de­vrait pas chan­ger les règles du jeu en sanc­tion­nant sé­vè­re­ment ces foot­bal­leurs in­dé­li­cats et nous évi­ter, ain­si, ces spec­tacles in­dignes.

Comme d’ha­bi­tude, les ja­seurs avaient dé­jà dé­si­gné les fa­vo­ris avant la ba­taille, ou­bliant que, lo­gi­que­ment, un pro­nos­tic d’où qu’il vienne n’est pas une di­vi­na­tion. Le sport étant d’abord un jeu, vaincre n’est pas l’apa­nage de quelques na­tions et perdre le lot de tout le reste. Quand on joue, tout est pos­sible, comme cha­cun a pu s’en rendre compte. La preuve ? Les di­vas du football mon­dial ont mor­du la pous­sière et sont ren­trées à la mai­son la tête basse. Et les équipes afri­caines ? Elles n’ont pas à rou­gir. C’est face à l’ad­ver­si­té qu’on ap­prend à re­le­ver la tête. Les joueurs afri­cains vont cer­tai­ne­ment ti­rer des le­çons de l’échec et mieux faire la pro­chaine fois. Ob­jec­ti­ve­ment, ils n’ont pas été ri­di­cules. Mais il est temps que les fé­dé­ra­tions afri­caines de football soient di­ri­gées par des gens ir­ré­pro­chables et dé­ter­mi­nés qui pensent plus à la réus­site de leur mis­sion qu’aux dol­lars, eu­ros et autres mon­naies qu’ils peuvent dé­tour­ner. Le suc­cès est à ce prix, il me­semble. Le football afri­cain? J’y crois mal­gré les tur­pi­tudes et les obs­tacles ré­cur­rents car le po­ten­tiel est là. Les joueurs afri­cains qui évo­luent dans des grands clubs étran­gers n’y sont pas par ha­sard ou par cha­ri­té: ils le mé­ritent bien.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.