KALTHOUM KANNOU

Jeune Afrique - - Projecteurs -

En 2014, Kalthoum Kannou a été la pre­mière femme à se pré­sen­ter à une élec­tion pré­si­den­tielle en Tu­ni­sie. Pour l’oc­ca­sion, elle avait, sur ses af­fiches de cam­pagne, ôté ses éter­nelles lu­nettes rec­tan­gu­laires. Sou­te­nue par le pe­tit Par­ti tu­ni­sien, elle n’avait ob­te­nu que 0,56 % des voix – un score ho­no­rable, es­time-t-elle, pour une can­di­date sans moyens fi­nan­ciers et qui n’avait me­né cam­pagne que du­rant trois se­maines. Cette Tu­ni­soise n’en était pas à son pre­mier dé­fi. Avant de prendre la tête de l’as­so­cia­tion des ma­gis­trats tu­ni­siens, en 2011, elle avait été mu­tée contre son gré à Kai­rouan puis à To­zeur, sous l’an­cien ré­gime, pour avoir osé ré­cla­mer l’in­dé­pen­dance de la jus­tice et ins­truit des dos­siers sur des proches de Ben Ali. À 59 ans, elle s’est mise à la re­traite an­ti­ci­pée pour mi­li­ter au sein de Moua­ti­noun (« ci­toyens »). Né en dé­cembre 2018, ce mou­ve­ment fus­tige la « mé­dio­cri­té des par­tis » et compte for­mer des listes pour les pro­chaines élec­tions. Kannou n’ex­clut pas d’en être la fi­gure de proue.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.