Sayi­da OUNISSI

Mi­nistre de l’em­ploi et de la For­ma­tion pro­fes­sion­nelle

Jeune Afrique - - Maghreb & Moyen-orient Tunisie -

« Com­meen­nahd­ha­doit tou­jours mon­trer patte blanche en ma­tière de droit des femmes, elle en fait deux fois plus que les autres ! » Sayi­da Ounissi l’as­sure : « C’est le meilleur par­ti en ce qui concerne l’évo­lu­tion de car­rière. Notre pa­role est prise en compte, et nous sommes res­pec­tées. » Cette fille de mi­li­tant exi­lé, éle­vée en France, a connu une as­cen­sion ful­gu­rante: re­ve­nue au pays en 2012, elle a été dé­pu­tée puis secrétaire d’état, avant d’être nom­mée mi­nistre à 31 ans, quelques se­maines après son ac­cou­che­ment. Con­ci­lier ré­fé­ren­tiel re­li­gieux et éga­li­té des genres ? « Une pro­blé­ma­tique très fran­çaise », ré­pète-t-elle. Étu­diante en sciences po­li­tiques, elle avait ré­di­gé une par­tie de sa thèse sur le fé­mi­nisme is­la­mique. Elle en est re­ve­nue. « Ici, je me rends compte que la ques­tion des droits des femmes est uni­ver­selle, les iden­ti­tés sont plus fluides, nous ne sommes pas ren­voyées à notre iden­ti­té de mu­sul­manes ni d’arabes. » Se­lon elle, le ré­fé­rent re­li­gieux peut tou­te­fois « être uti­li­sé pour ex­pli­quer qu’il faut sor­tir de la tra­di­tion pa­triar­cale, car, re­li­gieu­se­ment, il n’y a ab­so­lu­ment au­cune contre-in­di­ca­tion ». Elle prône l’éga­li­té, dé­fend les droits éco­no­miques et so­ciaux des femmes, ain­si que leur non-su­bor­di­na­tion. En po­li­tique, elle sou­hai­te­rait voir les can­di­dates da­van­tage sou­te­nues « dans des ré­gions ga­gnables par leurs par­tis ».

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.