Tu­ni­sie L’am­bi­guï­té en hé­ri­tage

Le Par­le­ment dé­bat­tra pro­chai­ne­ment d’un pro­jet de loi ins­tau­rant l’éga­li­té entre les sexes en ma­tière de suc­ces­sion. Pour les cadres di­ri­geantes et les élues d’en­nahd­ha, ce se­ra l’heure de vé­ri­té.

Jeune Afrique - - Sommaire - CA­MILLE LAFRANCE, en­voyée spé­ciale à Tu­nis

Mais où sont-elles? As­cen­seur, es­ca­liers, bu­reaux… Àchaque étage du­siège d’en­nahd­ha, à Tu­nis, toutes les portes s’ouvrent sur des hommes. Au ser­vice des adhé­sions, trois mi­li­tantes ap­pa­raissent en­fin. Par­mi elles, Khou­loud Nsib, 27 ans, qui a pré­si­dé le con­seil des jeunes de la chou­ra en 2015. « J’étais la pre­mière femme à ce poste », glisse-t-elle avec un brin de co­quet­te­rie en ré­ajus­tant son fou­lard. À ses cô­tés, Ma­ha, 24 ans, se fé­li­cite, elle, de ne pas por­ter le voile et sa­lue la sé­pa­ra­tion, opé­rée en 2016, entre ac­ti­vi­tés po­li­tiques et pré­di­ca­tion. Un­chan­ge­ment aux ap­pli­ca­tions en­core dif­fi­ci­le­ment me­su­rables. Le dé­bat en cours au­tour de la loi sur l’hé­ri­tage au­ra donc va­leur de test: quel équi­libre entre loi re­li­gieuse et droit ci­vil le par­ti dé­fen­dra-t-il?

« En is­lam, il est illi­cite de ne pas don­ner aux femmes leur dû, as­sure Khou­loud Nsid. Ce qui m’im­porte, c’est qu’elles y ac­cèdent, que ce soit un quart, la moi­tié ou la to­ta­li­té de l’hé­ri­tage. » S’en­suivent de confuses ten­ta­tives d’ex­pli­ca­tion sur la ré­par­ti­tion de la suc­ces­sion se­lon les trente-quatre cas de fi­gure en­vi­sa­gés par le fi­qh (ju­ris­pru­dence is­la­mique), dont s’ins­pire le droit tu­ni­sien. Se sentent-elles lé­sées par ces sa­vants cal­culs? Un « non » ferme ba­laie le doute. Il y a peu de cas où les femmes ré­cu­pèrent moins que les hommes, as­sure-t-on ré­gu­liè­re­ment au sein du par­ti. « Pré­tendre que la femme hé­rite fré­quem­ment de plus ou d’au­tant que l’homme, c’est du char­la­ta­nisme! s’in­surge au contraire l’avo­cat Mou­nir Baa­tour, au­teur d’un mé­moire sur la ques­tion. Dans les faits, ce­la n’ar­rive ja­mais qu’une soeur touche plus que son frère. » Dans la plu­part des cas, elles re­çoivent un tiers de l’hé­ri­tage.

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.