TÊTES D’AF­FICHE

Jeune Afrique - - Économie Eau-électricité - STE­VEN BRESKY Sea­board Cor­po­ra­tion JU­LIEN WAGNER ALEXANDRE VILGRAIN Som­diaa

C’est une pre­mière sur le con­tinent. Le géant amé­ri­cain Sea­board Cor­po­ra­tion (5,11 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires et 217 mil­lions d’eu­ros de bé­né­fices en 2017), di­ri­gé par Ste­ven Bresky, 65 ans, lea­der de la meu­ne­rie en Afrique, va bien­tôt se re­trou­ver en confron­ta­tion di­recte avec Som­diaa (477 mil­lions d’eu­ros de CA et 13,3 mil­lions d’eu­ros de ré­sul­tat net en 2017), dont le groupe Cas­tel dé­tient près de deux tiers des parts. Dé­jà pré­sent dans l’ac­ti­vi­té su­crière au Con­go via sa fi­liale Sa­ris,Som dia a, di­ri­gé par alexandre vil grain ,62 ans, n’a en ef­fet pas hé­si­té à in­ves­tir 27 mil­lions d’eu­ros dans la construc­tion d’un mou­lin dans le port de Pointe-noire, es­tam­pillé So­cié­té des grands mou­lins du phare (SGMP), d’une ca­pa­ci­té de 300 tonnes par jour(t/j).S on en­trée en pro­duc­tion est pré­vue pour le der­nier tri­mestre de 2019. Le choix du­ti­ming est tout sauf for­tuit. Les his­to­riques Mi­no­te­ries du Con­go (Mi­no­co), fi­liale de Sea­board, dont la ca­pa­ci­té est de 400 t/j,v ont être contrainte sd’ ar­rê­ter leur pro­duc­tion pen­dant plu­sieurs mois. éga­le­ment si tuées à pointe-noire, sur un quai ap­par­te­nant au­groupe Bol­lo­ré, elles sont enef­fet priées de dé­mé­na­ger par le fran­çais, qui veut uti­li­ser cet es­pace pou­ré­ten­dreses ter­mi­naux à conte­neurs.

Pas prêt à s’avouer vain­cu, Sea­board sou­hai­te­rait mettre à pro­fit ce dé­mé­na­ge­ment pour lui aus­si in­ves­tir et faire pas­ser sa ca­pa­ci­té à « 700, voire 1000t/j ». Cette ba­taille de mar­ché pour­rait bien bé­né­fi­cier au consom­ma­teur con­go­lais puisque l’offre de fa­rine de pain de­vrait à terme lar­ge­ment ex­cé­der la de­mande du mar­ché, équi­va­lente à 1000 t/j. D’au­tant qu’un troi­sième ac­teur, les Grands Mou­lins du Koui­lou (GMK), est en­tré sur le mar­ché en 2016, avec une ca­pa­ci­té de250t/j .« Le dé­mé­na­ge­ment des min oco met Sea­board dans une si­tua­tion in­con­for­table, mais, avec à terme la ca­pa­ci­té de trai­te­ment la plus grande, il pour­rait bien dans quelques an­nées écra­ser le mar­ché », nou­sa­con­fié un spé­cia­liste du sec­teur. Se­lon ce même spé­cia­liste, pour­tant, « les jeux sont loin d’être faits, et rien ne­dit que­som­diaa et Sea­board, dont les deux pa­trons, Alexandre Vilgrain et Ste­ven Bresky, se connaissent bien, ne re­cour­ront pas un jour à un ar­ran­ge­ment »…

Newspapers in French

Newspapers from Benin

© PressReader. All rights reserved.