An­dré Bru­net: le trad à l’an­née longue

MAL­GRÉ SES JEUNES 41 ANS, AN­DRÉ BRU­NET EST UNE RÉ­FÉ­RENCE EN MA­TIÈRE DE MU­SIQUE TRA­DI­TION­NELLE. C’EST À LUI QUE L’ON A CONFIÉ LA PAR­TI­TION DE VIO­LON DU FILM LA BOL­DUC, PRÉ­SEN­TE­MENT EN TOUR­NAGE, ET LE COA­CHING DU CO­MÉ­DIEN ÉMILE PROULX- CLOU­TIER. IL EST AUSS

Échos vedettes - - SOMMAIRE - JEAN-FRAN­ÇOIS BRAS­SARD

An­dré Bru­net est un vrai. La mu­sique tra­di­tion­nelle coule dans ses veines et son par­cours en est tein­té. « Je me suis ins­crit au cé­gep de Jo­liette non pas en vio­lon, mais en per­cus­sions. De­nis Fré­chette, de La Bot­tine sou­riante, y en­sei­gnait le pia­no jazz. Ça m’a don­né le goût de ren­con­trer ces gars- là. De­nis m’a in­vi­té à jouer dans un com­bo jazz et, éven­tuel­le­ment, je me suis joint à La Bot­tine.»

Il a fait par­tie de la lé­gen­daire for­ma­tion de 1997 à 2006. « J’ai quit­té le groupe, parce qu’il ne m’ap­por­tait plus ce dont j’avais be­soin sur le plan mu­si­cal.» Au cours de ce long sé­jour, il a tis­sé des liens pri­vi­lé­giés avec les deux autres jeu­nots de la for­ma­tion, Pierre-Luc Du­puis et Éric Beau­dry. «On a com­men­cé à nous de­man­der de jouer les trois en­semble, et c’est comme ça qu’on a créé le groupe De Temps An­tan.» En 2008, Pierre- Luc quit­tait La Bot­tine, et c’est à ce mo­ment que le trio s’est consa­cré à plein temps à son nou­veau pro­jet. SOR­TIR DES SEN­TIERS BAT­TUS

Ces jours- ci, le groupe tra­vaille à la pré­pro­duc­tion de son qua­trième al­bum, le­quel pa­raî­tra l’au­tomne pro­chain. Du­rant l’été, il joue­ra dans l’Ouest ca­na­dien. « Avec la sor­tie du disque, on ira en Grande- Bre­tagne. Il faut s’ex­por­ter. De Temps An­tan donne en­vi­ron 100 concerts par an, dont 85 % à l’ex­té­rieur du Qué­bec.» Contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait croire, la langue n’est pas un obs­tacle à l’ex­por­ta­tion. Au contraire! «C’est comme la mu­sique cu­baine: on ne com­prend pas tous les mots, mais on est por­té par l’éner­gie. On chante en fran­çais, mais on fait les pré­sen­ta­tions en an­glais. Par­fois, on nous de­mande même: “Par­lez en fran­çais! On a le goût de vous en­tendre!”»

En re­vanche, An­dré constate qu’ici, en­core, la mu­sique tra­di­tion­nelle est es­sen­tiel­le­ment as­so­ciée à la pé­riode des fêtes. «On n’a pas beau­coup de pré­sence le reste de l’an­née. C’est dom­mage, parce que ça nous per­met­trait de dé­mon­trer que la mu­sique faite au­jourd’hui n’est plus celle qui s’ins­cri­vait dans les an­nées 1970. Il y a beau­coup de jeunes qui sortent du cé­gep ou de l’uni­ver­si­té et qui ont une large connais­sance de la mu­sique. Ils ap­portent des choses dif­fé­rentes au trad. On tra­vaille fort pour sor­tir des sen­tiers bat­tus.» DU TRAD AU PRIN­TEMPS

C’est dans cet es­prit qu’il aborde la deuxième édi­tion du Fes­ti­trad de la ville de Saint- Ga­briel, qui se dé­rou­le­ra les 7, 8 et 9 avril. À cette pé­riode de l’an­née, c’est le seul évé­ne­ment du genre au Qué­bec. «L’an der­nier a été un grand suc­cès. Cette fois, le but est d’ame­ner au­tant les connais­seurs que les néo­phytes.»

Par­mi les groupes qui s’y pro­dui­ront, men­tion­nons Les Char­bon­niers de l’en­fer. «C’est leur pre­mier concert de­puis trois ans, se ré­jouit An­dré. On fait aus­si une belle place à Saint- Côme, un vil­lage au nord de Jo­liette, qui fête cette an­née son 150e an­ni­ver­saire. C’est la ca­pi­tale de la chan­son à ré­pondre tra­di­tion­nelle qué­bé­coise. Tout le monde chante dans ce vil­lage. Le show s’ap­pelle Saint- Côme s’in­vite à Saint- Gab. Ça va être un gros par­ty! Du­rant l’évé­ne­ment, en plus des spec­tacles, il y au­ra des ate­liers de vio­lon, de chan­son et d’ac­cor­déon où on par­ta­ge­ra la mu­sique et on ré­pon­dra aux ques­tions du pu­blic.» Et on dan­se­ra, aus­si! Pour tout connaître de l’évé­ne­ment: fes­ti­trad.com

LA BOL­DUC

Pa­ral­lè­le­ment à ses ac­ti­vi­tés, An­dré par­ti­cipe au film La Bol­duc, dont le tour­nage a dé­bu­té à la mi- mars. «L’an der­nier, Pierre- Luc Du­puis, ac­cor­déo­niste et har­mo­ni­ciste de De Temps An­tan, a été pres­sen­ti pour en­re­gis­trer les par­ti­tions d’har­mo­ni­ca et coa­cher Deb­bie Lyn­chW­hite, qui in­ter­prète le rôle- titre. Puis, on m’a de­man­dé de faire la même chose avec Émile Proulx- Clou­tier, qui joue Édouard, le ma­ri de La Bol­duc. Il était vio­lo­neux. On en connaît re­la­ti­ve­ment peu sur lui. On l’a vu en pho­to, et c’est tout. Ils ne vou­laient pas avoir un vio­lo­neux qui joue su­per bien, alors il a fal­lu que je désap­prenne. Quand j’ai en­re­gis­tré la pre­mière pièce, Émile trou­vait que je jouais un peu trop juste.

(rires) Il a fal­lu que je la re­fasse en faus­sant un peu!» Un rôle de com­po­si­tion, quoi!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.