En­tre­vue coun­try: Guy Mar­coux

LE CHAN­TEUR GUY MAR­COUX VIENT DE SOR­TIR SON QUA­TRIÈME AL­BUM, NUANCE COUN­TRY. EN PLUS DE SES NOU­VELLES CRÉA­TIONS, IL FAIT DU COUN­TRY RÉ­TRO EN AP­POR­TANT UNE TOUCHE COUN­TRY À D’AN­CIENS SUC­CÈS PO­PU­LAIRES. L’AR­TISTE A DON­NÉ UN SE­COND SOUFFLE À SA CAR­RIÈRE GRÂC

Échos vedettes - - SOMMAIRE - DA­NIELLE DESBIENS

Guy Mar­coux croit qu’une bonne étoile veille sur lui. «Quand j’étais plus jeune, je di­sais à ma mère que je vou­lais faire comme pa­pa, qui chan­tait et fai­sait de la mu­sique. Ma­man me ré­pon­dait: “Guy, tu as le droit de rê­ver.” Au­jourd’hui, je me rends compte que mes rêves se réa­lisent. J’ap­pelle ça le se­cret de la vie: il faut croire en soi.» D’ailleurs, Guy a com­men­cé à chan­ter et à pia­no­ter à neuf ans. C’était le len­de­main du dé­cès de son père, Mau­rice. Guy consi­dère que c’est l’hé­ri­tage pa­ter­nel qu’il a re­çu.

Le chan­teur a en­ta­mé une pre­mière car­rière au cours de la­quelle il a en­re­gis­tré et pro­duit deux disques: Les 60 ans d’une mère (en 2008) — en hom­mage à son père qui, en 1956, avait sor­ti un mi­cro­sillon avec des chan­sons qu’il avait créées —, et Ma­man j’te vois (en 2010). Tou­te­fois, Guy Mar­coux ne bé­né­fi­ciait pas de sou­tien pour l’ai­der dans la pro­mo­tion et le dé­ve­lop­pe­ment de sa car­rière...

La deuxième étape s’est concré­ti­sée en 2016 avec le disque Souffle coun­try: « Quand j’étais en­fant, mon père me souf­flait des airs dans l’oreille pour m’en­dor­mir.» Cette fois, Guy a pu comp­ter sur un pro­duc­teur exé­cu­tif, Da­niel Mo­nette, et Dis­tri­bu­tion Sé­lect, qui lui donnent ac­cès aux points de vente de disques par­tout au Qué­bec. De plus, Souffle coun­try est en no­mi­na­tion dans la ca­té­go­rie Meilleur al­bum de ré­in­ter­pré­ta­tion de l’an­née au pro­chain Ga­la coun­try, qui au­ra lieu le 14 oc­tobre au Ca­ba­ret du ca­si­no de Mon­tréal.

Guy a éga­le­ment consta­té l’im­pact de la pu­bli­ci­té à la té­lé­vi­sion. «Ce disque a pas­sé 14 se­maines au pal­ma­rès coun­try, dont 10 se­maines en deuxième place. Dis­tri­bu­tion Sé­lect m’a de­man­dé de pré­pa­rer un nou­veau disque pour 2017: Nuance coun­try est sor­ti le 16 juin!» Il y a 12 chan­sons: 10 connues, que le pu­blic peut chan­ter avec lui du­rant son spec­tacle, et 2 com­po­si­tions ori­gi­nales. L’une est de son frère, le chan­teur Fran­çois Mar­coux, qui a écrit les pa­roles et la mu­sique; l’autre a été écrite par son épouse, Jo­sée Ver­ville, et com­po­sée par Guy. IL A RE­TROU­VÉ L’AMOUR

Après avoir vé­cu des dé­cep­tions sen­ti­men­tales, Guy Mar­coux ne vou­lait pas se re­ma­rier... jus­qu’au jour où il a ren­con­tré Jo­sée Ver­ville. « Je suis al­lé à un spec­tacle pré­sen­té par des amis et ils m’ont in­vi­té à chan­ter sur scène. Jo­sée était as­sise à l’avant, et le contact s’est fait, même si elle es­sayait d’igno­rer mes re­gards. L’amour a com­men­cé ce jour- là. Tout le reste s’est en­chaî­né de fa­çon na­tu­relle.»

Jo­sée Ver­ville est de­ve­nue son épouse et aus­si sa gé­rante: «Nous avons une belle com­pli­ci­té. Jo­sée est très ins­truite; elle tra­vaille pour des avo­cats de Jus­tice Ca­na­da. Elle aime écrire et main­te­nant, elle écrit des pa­roles de chan­sons. Elle le fait en fonc­tion de ce que je vis, comme dans sa chan­son La vie est une chan­son coun­try.

Quels sont les rêves de Guy? «Mon plus grand rêve, c’est de tra­vailler avec des grands comme Ma­rio Pel­chat, Pa­trick Nor­man ou Paul Da­raîche. Je suis un peu im­pa­tient, car je veux vendre des di­zaines de mil­liers de disques. Mais on m’a dit que je dois prendre le temps de me faire connaître, d’au­tant plus qu’il y a moins de ventes de disques. Je sou­haite aus­si pré­sen­ter beau­coup de spec­tacles.»

«J’ap­pelle ça le se­cret de la vie: il faut croire en soi.»

UN NOU­VEL AL­BUM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.