UN PAS­SAGE RE­MAR­QUÉ

Échos vedettes - - LA VOIX -

Nou­velle ré­vé­la­tion mu­si­cale, HU­BERT LENOIR au­ra mar­qué son pas­sage en mon­trant son ta­touage de fleur de lys sur une de ses fesses, à la fin de sa pres­ta­tion. Le chan­teur, ori­gi­naire de Qué­bec, était très heu­reux de per­for­mer avec les can­di­dates de La Voix. «J’ai ai­mé ça, car je pré­fère chan­ter avec des femmes plu­tôt qu’avec des hommes.» Même s’il a pris un che­min dif­fé­rent, il com­prend pour­quoi des jeunes sou­haitent par­ti­ci­per à cette émis­sion. «Ce n’est pas un par­cours en soi. C’est une illu­sion de pen­ser que ça ap­por­te­ra une car­rière, mais ça reste in­té­res­sant. Je l’écoute moi aus­si avec ma mère. Je pense que l’im­por­tant est de faire de la mu­sique le mieux pos­sible, se concen­trer pour faire les meilleurs al­bums, parce que c’est ce dont les gens ont be­soin. Lou-Adriane Cas­si­dy, qui joue main­te­nant avec moi, a fait La Voix, il y a quelques an­nées. C’est ben cor­rect.» Très lu­cide par rap­port au mar­ché du disque et à l’in­dus­trie de la mu­sique, Hu­bert Lenoir pense que n’im­porte qui de ta­len­tueux, en ville ou en ré­gion, peut faire sa place. «Le mes­sage que je vou­drais faire pas­ser à tous ceux qui veulent faire de la mu­sique, c’est qu’on n’a pas be­soin de gros bud­gets pour faire de l’art. Je viens d’un mi­lieu qui n’est pas du tout ar­tis­tique et ce n’était pas écrit dans le ciel que j’al­lais faire de la mu­sique. Je l’ai fait quand même parce que je sa­vais ce que je vou­lais. On a juste be­soin d’un or­di­na­teur et d’un cer­veau. Main­te­nant, tout est ac­ces­sible avec in­ter­net. C’est ça la bonne nou­velle.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.