Yann Per­reau: l’âme va­ga­bonde... et main­te­nant en paix!

Échos vedettes - - SOMMAIRE - SABIN DESMEULES

IL NOUS AR­RIVE AVEC UN MINIALBUM-SUR­PRISE, UN EP QUI EST UN VÉ­RI­TABLE ROAD TRIP. VOYA­GER LÉ­GER ÉTAIT, POUR YANN PER­REAU, UNE MA­NIÈRE DE MIEUX SUR­MON­TER SON DRAME, CE­LUI D’UNE EN­FANT DIS­PA­RUE AVANT MÊME QU’IL AIT PU LA CONNAÎTRE...

«Ce disque était une fa­çon de rendre hom­mage à ma blonde et d’es­sayer de ra­me­ner du beau à tra­vers ce qu’on a vé­cu, l’au­tomne der­nier.» À la fin oc­tobre, Yann nous ap­pre­nait sur sa page Fa­ce­book que le coeur de sa fille, Mar­cia, qui de­vait naître au­tour du 18 no­vembre, avait ces­sé de battre. «Je n’avais pas en­vie de faire un pro­jet pour en par­ler. Au contraire, j’avais en­vie d’y al­ler lé­ger. C’était une fa­çon de se don­ner du lousse parce que, quand la mort ar­rive, tu t’ima­gines que ça ne s’en ira ja­mais. C’est tout le temps là, c’est tout le temps cre­vant, c’est lourd! T’as be­soin de lé­gè­re­té. On a eu beau­coup d’aide, beau­coup d’amour, beau­coup de sou­tien, beau­coup de com­pas­sion au­tour de nous. Mais à un mo­ment don­né, cet amour-là, cette com­pas­sion­là, elle de­vient lourde aus­si parce que les gens ont tou­jours un re­gard comme si on était constam­ment en grosse souf­france. Vient un mo­ment où on a juste en­vie de ren­con­trer du monde qui ne sait pas ce qu’on vit.»

En no­vembre, Yann, sa blonde, Ma­rie-Pier Veilleux, et leurs deux fils, Mi­lord, cinq ans, et Willie, deux ans, sont donc par­tis du­rant deux se­maines au Mexique. «Quand on est sor­tis du pays, ça nous a fait du bien parce qu’au Mexique, per­sonne ne sa­vait ce qu’on avait vé­cu. On était avec nos deux en­fants, on jouait, on était sur le bord de la mer. On était comme tout le monde, ra­conte-t-il. Quand on est re­ve­nus, le temps avait fait son tra­vail. Et tran­quille­ment, les gens ont vu qu’on avait re­com­men­cé à vivre.»

Après les fêtes, ça al­lait mieux. La pe­tite fa­mille est tout de même re­par­tie. À la fin de fé­vrier, elle est al­lée en Gua­de­loupe. Trois pièces de son minialbum Voya­ger lé­ger, où il est ques­tion de voyages et d’amour, sont nées de tout ce­la. Sans comp­ter une re­prise très per­son­nelle de la chan­son Voyage, voyage. Le disque n’est of­fert qu’en ligne. On peut no­tam­ment se le pro­cu­rer sur iTunes.

BEAU COMME ILS S’AIMENT

Ce­la fait 11 ans que Yann et Ma­rie-Pier s’aiment fol­le­ment! Et ils ont en­core la com­pli­ci­té amou­reuse des pre­miers temps. «Avec des en­fants, il faut faire des ef­forts pour gar­der cette fougue ado­les­cente dans notre couple. Là-des­sus, je trouve que ma blonde est très forte! Et moi aus­si. On a ces qua­li­tés de sa­voir en­core s’émer­veiller et se faire rire, de ne pas trop se prendre au sé­rieux. Parce que la vie va vite avec deux flos, la job, la pres­sion...» Il aime dé­voi­ler ce cô­té-là de leur amour, comme dans le vi­déo­clip T’em­bel­lis ma vie. «C’est une ri­chesse qu’on ne peut pas te­nir pour ac­quise.»

PLUS EN FORME QUE JA­MAIS

Yann pa­raît plus mince ces der­niers temps. En fait, de son propre aveu, il n’a ja­mais été aus­si en forme! «Je m’en­traîne au gym, je fais 8 km par jour pour al­ler por­ter et cher­cher mes en­fants à la gar­de­rie... Je danse aus­si et je me dé­pense quand je fais des shows. Et je mange bien. J’es­saie de me te­nir en forme, parce que j’ai eu 42 ans, ex­plique-t-il. Je n’ai pas en­vie d’ar­ri­ver sur scène et d’avoir une grosse be­daine à ca­cher. Je pense que ça fait par­tie de mon de­voir de me te­nir en forme. Quand je vois en show Ig­gy Pop, qui a 70 ans pas­sés et qui est en­core svelte et mus­clé, ou en­core Sting, Bruce Spring­steen et Tom Waits, je me dis que ce sont tous des mu­si­ciens qui ont bien vieilli. Je trouve que c’est une marque de res­pect en­vers moi-même de gar­der la forme, mais aus­si de res­pect pour les gens qui viennent me voir en show.»

Cô­té pro­jets, il se charge de la mise en scène du show ex­té­rieur de Pa­trice Mi­chaud aux Fran­co-Fo­lies de Montréal. Yann fe­ra d’ailleurs une di­zaine de spec­tacles en com­pa­gnie de Pa­trice au cours de l’été en plus d’une quin­zaine de shows, qui met­tront un terme à sa tour­née Le fan­tas­tique des astres, qui roule de­puis deux ans. De plus, du 9 au 12 août, il re­fait le Défi kayak au pro­fit de Jeunes mu­si­ciens du monde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.