Claude Bé­gin: sa vie est un ou­ra­gan

Un deuxième disque très per­son­nel

Échos vedettes - - SOMMAIRE - SABIN DESMEULES

TROIS ANS SE SONT ÉCOU­LÉS DE­PUIS LA SOR­TIE DE SON DISQUE LES MAGICIENS. CLAUDE BÉ­GIN NOUS REVIENT AVEC UN SE­COND AL­BUM SO­LO, BLEU NUIT. IL S’EST CONSTRUIT ENTRE TOUR­NÉES, TOUR­NAGES, AL­LÉES ET VE­NUES EN FRANCE AVEC LE GROUPE DE HIP-HOP ALACLAIR EN­SEMBLE... LE RÉ­SUL­TAT EST TRÈS PER­SON­NEL: IL Y EST AR­RI­VÉ, EN­TOU­RÉ DES SIENS.

«Ma vie est un ou­ra­gan. J’y suis ar­ri­vé, mais ç’a été beau­coup plus d’ou­vrage que pour le pre­mier! Et je me suis mis la barre très haut.» Il a dû pro­duire cet al­bum tout en fai­sant des al­lers­re­tours en Eu­rope, où le band de hip-hop Alaclair en­semble, dont il fait par­tie, est très ap­pré­cié. Mais il y est ar­ri­vé! Bleu nuit est aus­si le titre d’une des pièces de l’al­bum et fait évi­dem­ment pen­ser aux films co­quins que dif­fu­sait TQS dans la case ho­raire du sa­me­di en fin de soi­rée. «Ce n’était pas tant un flash de cette émis­sion qu’une idée qui al­lait m’im­po­ser un fil conduc­teur pour fi­na­le­ment lais­ser voir le sens que je vou­lais don­ner au pro­jet à la fin. Mais le clin d’oeil à la sé­rie de films se­mi-por­nos softs est dans la li­gnée de mon hu­mour.»

EN­TOU­RÉ DES SIENS

Claude fait des duos avec Ma­rie-Mai, Lau­rence Ner­bonne, son ex-aco­lyte d’Ac­cro­phone, Eman... et son amou­reuse, Clo­delle! Ils forment un couple de­puis trois ans et sont fian­cés. Elle est man­ne­quin mais veut se lan­cer comme chan­teuse. «Elle chante mer­veilleu­se­ment bien et n’avait pas de chan­sons à pré­sen­ter. Alors, ç’a été l’oc­ca­sion.» On peut en­tendre sa voix en duo avec lui sur l’une des pièces de l’al­bum. Claude est en train de lui concoc­ter un disque so­lo. «Je ne sais pas si ce se­ra un al­bum pour elle seule­ment ou si j’en fe­rai par­tie... On s’en­ligne sur une suite à son pro­jet de chan­teuse. Elle vou­drait ajou­ter la mu­sique comme corde à son arc. Quand on s’est ren­con­trés, elle m’a fait écou­ter un truc qu’elle avait chan­té avec un gui­ta­riste sur YouTube. Tout de suite, ça m’a plus. Elle a un na­tu­rel comme j’en ai ra­re­ment vu et une voix vrai­ment ty­pée! Alors j’avais comme plan, dès la pre­mière fois que je l’ai vue, de faire un pro­jet avec elle.» Il n’a pas peur de mixer les amours et le tra­vail. «J’ai tou­jours mê­lé tout. All in!»

L’homme a aus­si in­té­gré sa mère à son pro­jet. «Au dé­part, je vou­lais juste lui mon­trer un ef­fet spé­cial sur or­di­na­teur. Je vou­lais aus­si lui mon­trer que, quand elle jouait du pia­no, les notes s’écri­vaient en MI­DI (in­ter­face nu­mé­rique pour ins­tru­ments de mu­sique). Après, j’ai glis­sé la track MI­DI dans une track de sa voix pour y ajou­ter des har­mo­nies. C’était un tour de ma­gie tech­no­lo­gique pour elle! Avec un bout de ça, j’ai com­men­cé une autre toune qui n’avait pas été pla­ni­fiée. Ma mère n’est pas une chan­teuse, mais elle a dé­jà don­né des cours de pia­no.»

UN PÈRE CO­OL

Son fils, Ro­main, neuf ans, is­su d’une re­la­tion pré­cé­dente, a beau­coup d’oreille. De la graine de mu­si­cien? «Je lui ai par­lé de l’idée de faire une chan­son avec lui... Mais Ro­main, j’es­saie de le lais­ser ve­nir à moi parce que je suis le genre de pa­pa qui va in­sis­ter pour faire du snow­board, sau­ter sur le tram­po­line, faire des af­faires co­ols... Et fi­na­le­ment, il m’a dit que ça ne lui ten­tait pas. S’il veut faire quelque chose avec moi, c’est lui qui doit ve­nir me cher­cher, si­non je risque de dé­ba­lan­cer son in­tui­tion!»

Ro­main s’est-il fait ta­qui­ner à l’école à cause du rôle de dan­seur de son pa­pa dans Che­val-Ser­pent? «Non, au contraire, il a fait un peu son co­ol avec ça! (rires) Il y a aus­si beau­coup de mères qui me ta­quinent. Ro­main est très fier de moi mais, en même temps, je ne veux pas qu’il joue avec ça, qu’il en tire un avan­tage pour son es­time per­son­nelle.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.