Ch­ris­ti­na Agui­le­ra: 5 choses à sa­voir

Échos vedettes - - SOMMAIRE - PAR MA­RIE-CLAUDE DOYLE

LE 15 JUIN SOR­TI­RA LE TRÈS AT­TEN­DU DISQUE DE CH­RIS­TI­NA AGUI­LE­RA IN­TI­TU­LÉ

LIBERATION. LA CHAN­TEUSE AMÉ­RI­CAINE DE 37 ANS, QUI RE­VIENT EN GRANDE POMPE APRÈS SIX ANS D’AB­SENCE, S’EST D’AILLEURS EN­TOU­RÉE DE GROSSES POIN­TURES POUR CE SIXIÈME AL­BUM, DONT DE­MI LO­VA­TO, PHARRELL WILLIAMS ET KA­NYE WEST.

Après avoir épa­té la ga­le­rie avec ses ta­lents vo­caux lors d’un ban­quet de cha­ri­té à Pitts­burgh alors qu’elle avait 11 ans, Ch­ris­ti­na Agui­le­ra s’est fait of­frir d’al­ler chan­ter l’hymne na­tio­nal amé­ri­cain lors de la fi­nale de la Coupe Stan­ley. Ça s’est pas­sé au Ci­vic Are­na, à Pitts­burgh, lors du deuxième match entre les Pen­guins de Pitts­burgh et les Black­hawks de Chi­ca­go. Signe qu’elle a por­té chance à l’équipe lo­cale: les Pen­guins ont rem­por­té la Coupe en quatre par­ties. La jeune chan­teuse a éga­le­ment in­ter­pré­té l’hymne na­tio­nal pour les Pi­rates et les Stee­lers de Pitts­burgh, les équipes de ba­se­ball et de foot­ball de la ville. Iro­nie du sort, des an­nées plus tard, en 2011, alors qu’elle in­ter­pré­tait l’hymne na­tio­nal amé­ri­cain pour la 45e édi­tion du Su­per Bowl, la star s’est trom­pée dans les pa­roles! Comme quoi son ex­pé­rience de jeu­nesse ne lui a pas été utile.

L’in­ter­prète de Genie in a Bot­tle est en couple avec le réa­li­sa­teur Mat­thew Rut­ler de­puis no­vembre 2010. Elle l’a ren­con­tré sur le pla­teau du film Bur­lesque, alors que Mat­thew était as­sis­tant à la pro­duc­tion de la co­mé­die mu­si­cale. Ils se sont fian­cés le 14 fé­vrier 2014 puis, six mois plus tard, ils ont eu une fille qu’ils ont pré­nom­mée Sum­mer Rain. La star a éga­le­ment un fils, Max Li­ron, né en jan­vier 2008 de son union avec son ex-ma­ri, Jor­dan Brat­man.

Re­con­nue pour sa na­ture mi­li­tante, Ch­ris­ti­na Agui­le­ra a été ré­com­pen­sée en 2003 par l’Al­liance amé­ri­caine gay et les­bienne contre la dif­fa­ma­tion en rai­son du fait qu’elle a lais­sé de la place aux ho­mo­sexuels et aux trans­genres dans sa vi­déo Beau­ti­ful. Par­mi ses autres en­ga­ge­ments, elle a mi­li­té, en 2004, pour les fon­da­tions d’El­ton John et de M.A.C Aids Fund, qui luttent contre le si­da, et elle s’est mo­bi­li­sée, en 2007, avec Ni­cole Kid­man et plu­sieurs autres femmes pour lut­ter contre la vio­lence conju­gale.

La ga­gnante de plu­sieurs Gram­mys a au moins quatre ta­touages sur le corps. Sur son poi­gnet gauche, elle en a un en forme de pe­tite fleur. À l’ar­rière de son cou, elle a fait gra­ver son sur­nom: Xti­na. Dans le bas de son dos, elle a fait ta­touer un psaume en hé­breu qui si­gni­fie: «Je suis à mon bien-ai­mé et mon bien-ai­mé est à moi.» Ce­lui-ci se si­tue juste au-des­sus des ini­tiales de son ex-ma­ri, JB. Puis, sur son coude gauche, il y a le mot es­pa­gnol «Te amo siempre», qui si­gni­fie «Je t’ai­me­rai tou­jours», ac­com­pa­gné de deux lettres en hé­breu re­pré­sen­tant les ini­tiales de son ex-ma­ri, Jor­dan Brat­man. On es­père qu’elle a aus­si un ta­touage en l’hon­neur de son fian­cé, Mat­thew Rut­ler, ques­tion d’équi­li­brer le tout!

Au fil de sa car­rière, Ch­ris­ti­na Agui­le­ra a été le vi­sage de plu­sieurs grandes marques, comme Co­ca-Co­la, Vir­gin Mo­bile et Mer­cedes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.