Elle perd son amou­reux dans un ac­ci­dent

Échos vedettes - - SOMMAIRE - SAbIN DeSMeuLeS va­lé­rie taille­fer

La nou­velle a fait la une des quo­ti­diens: le fils aî­né de l’en­tre­pre­neur To­ny Ac­cur­so, James Ac­cur­so dit «Jim­my», est mort tra­gi­que­ment dans un ac­ci­dent de voi­ture dans la nuit du 25 au 26 oc­tobre. Il avait 43 ans. Il était pas­sa­ger d’une Tes­la conduite par le pro­prié­taire du Ma­noir Saint-Sau­veur, Sé­bas­tien Va­rin, 38 ans. Le conduc­teur, qui de­vra ré­pondre à une ac­cu­sa­tion de conduite avec les fa­cul­tés af­fai­blies cau­sant la mort, a mal né­go­cié sa sor­tie de route à Sainte-Mar­gue­rite-du-Lac-Mas­son, dans les Lau­ren­tides, et le vé­hi­cule est al­lé s’échouer contre des arbres.

James Ac­cur­so était le conjoint de Va­lé­rie Taille­fer de­puis un an. «Jim­my et moi, nous nous étions ren­con­trés lorsque j’avais 16 ans, et lui 18. Au pre­mier re­gard, ce fut un coup de foudre pro­fond. Nous avons gran­di en­semble pen­dant les six ou sept an­nées sui­vantes. Nous étions vrai­ment in­sé­pa­rables. J’ha­bi­tais avec lui, on al­lait au cé­gep en­semble, on pas­sait tous nos wee­kends sur son ba­teau jaune... nous étions comme les deux doigts de la main», a-t-elle écrit sur sa page Fa­ce­book. «Nous nous sommes sé­pa­rés, tous deux à contre-coeur, lors­qu’il avait 25 ans. Nos fa­milles étant com­pé­ti­trices en af­faires, cer­taines per­sonnes s’op­po­saient alors à notre union. Nous avons conti­nué nos che­mins, sans ja­mais s’ou­blier.»

Mais ils se sont re­trou­vés en août 2017. «Il n’y a pas de mot pour vous ex­pli­quer à quel point je l’ai­mais. Mes amis et ma fa­mille vous le di­ront, nous étions pro­fon­dé­ment amou­reux, et très bien en­semble. La vie ne me l’a re­don­né que pour un an.» Les tour­te­reaux avaient ac­quis une mai­son et une île dans les Lau­ren­tides, et leurs deux de­meures res­pec­tives en ville étaient à vendre car ils sou­hai­taient s’ins­tal­ler en­semble dans leur havre de paix, «dans la mai­son que nous ai­mions tous les deux, de­puis notre ado­les­cence, à La­val. Nous avions plein de rêves». Ils pré­voyaient même s’épou­ser sur l’île de Nié­vès, dans les Ca­raïbes. Va­lé­rie a ter­mi­né son tou­chant mes­sage en s’adres­sant à lui: «Je ne sais pas comment je vais vivre sans toi, mais je dois res­ter pour mes filles.»

Les deux fillettes de Va­lé­rie étaient très at­ta­chées à lui. L’une d’elles, Ève, 12 ans, lui a ren­du hom­mage sur Fa­ce­book et sa mère l’a par­ta­gé. «Je me suis ré­veillée quand ma mère a re­çu l’ap­pel. Il est dé­cé­dé d’un grave ac­ci­dent de voi­ture. C’était la pre­mière fois que je per­dais quel­qu’un aus­si proche de moi. Dans ma tête, il va re­ve­nir de­main et me dire “n’im­porte ce que tu veux, on va le faire”. Jim était le beau-père que tout le monde rêve d’avoir. Il sa­vait tou­jours quoi faire et quoi dire. Il était tou­jours calme. Moi, ma mère, ma soeur, son fils et toute sa fa­mille étions tou­jours sa prio­ri­té.»

Dans un autre mes­sage, Va­lé­rie Taille­fer a prié les jour­na­listes et le pu­blic de les lais­ser, elle et sa fa­mille, vivre ce deuil dans l’in­ti­mi­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.