De­nise Bom­bar­dier: Une vie sans peur et sans re­gret

— De­nise Bom­bar­dier

Échos vedettes - - SOMMAIRE - FRAN­CIS BOLDUC

DE­NISE BOM­BAR­DIER A PU­BLIÉ SA BIO­GRA­PHIE, UNE VIE SANS PEUR ET SANS RE­GRET, QUI A CRÉÉ QUELQUES RE­MOUS DÈS SA SOR­TIE. ON A REN­CON­TRÉ CETTE FEMME QUE LA PO­LÉ­MIQUE ET LA CONTRO­VERSE N’EF­FRAIENT PAS ET QUI N’A, SUR­TOUT, AU­CUN RE­GRET... OU PRESQUE!

C’est dans le ma­gni­fique ap­par­te­ment du Pla­teau-Mont-Royal qu’elle par­tage avec son ma­ri, James Jack­son, qu’on a ren­con­tré De­nise Bom­bar­dier. L’au­teure, jour­na­liste, ani­ma­trice et chro­ni­queuse a lan­cé un livre de mé­moires, Une

vie sans peur et sans re­gret, dans le­quel elle ra­conte plu­sieurs pans de sa vie riche en ren­contres et en évé­ne­ments. «Parce que ça cor­res­pond à ce que je suis. Je me suis trou­vée et je l’as­sume. J’ai eu trop peur quand j’étais en­fant... et vous al­lez com­prendre pour­quoi dans le livre. Donc, si j’ai pu vaincre cette peur-là, il n’y a plus rien pour me faire peur. Et je ne re­grette rien de ma vie. Je suis al­lée se­lon ma conscience, mon ins­tinct, ma sen­si­bi­li­té, et se­lon mes va­leurs et ma mo­rale. Je ne re­grette rien... même si je re­grette par­fois d’avoir par­lé un peu trop vite à des gens, mais ce sont des dé­tails. Non, je ne re­grette rien et, sur­tout, je ne veux pas re­gret­ter d’avoir eu l’en­fance que j’ai eue en me di­sant que j’au­rais ai­mé avoir une en­fance heu­reuse. Ça ne donne rien parce que je n’en ai pas eu une. J’au­rais pour­ri ma vie si j’avais pen­sé comme ça.» Elle ajoute: «Ça ex­plique mon tem­pé­ra­ment. Quand on a été ca­pable de tra­ver­ser ça, il n’y a plus rien qui nous im­pres­sionne. Je me suis construite, fi­na­le­ment.»

RE­VIVRE LES ÉMO­TIONS DE SA VIE

L’au­teure a vou­lu que ce bou­quin d’un peu plus de 450 pages soit un peu plus que le ré­cit de ses ren­contres et de ses ex­pé­riences. «J’ai vou­lu ra­con­ter l’his­toire du Qué­bec à tra­vers mon his­toire. J’ai vou­lu aus­si par­ler de mes rap­ports avec la France, et pour­quoi j’ai réus­si dans ce pays où je suis très connue, bien qu’il y a des gens ici qui font sem­blant que ce suc­cès n’existe pas... C’est aus­si, quelque part, l’his­toire de la mé­moire col­lec­tive. Je té­moigne de ce qu’a été la so­cié­té.»

Quand on aborde ce qui a été le plus dif­fi­cile pour elle lors de la ré­dac­tion de cette riche bio­gra­phie, De­nise Bom­bar­dier confie: «Ç’a été de re­vivre les émo­tions de ma vie. Toutes les émo­tions et dans toutes les si­tua­tions. J’ai écrit ces mé­moires en sa­chant que j’al­lais dire des choses. J’en lis beau­coup, des mé­moires, et cer­taines gens ne ra­content que leur vie ex­té­rieure. De mon cô­té, je ne me suis pas épar­gnée. Je dis des choses sur moi qui ont fait dire à mon édi­teur que j’al­lais peut-être trop loin. Comme je ne suis pas dans l’au­to­fla­gel­la­tion, j’ai vou­lu dire ces choses pour des rai­sons pré­cises, c’est-à-dire pour mon­trer comment on peut être fou à un mo­ment don­né dans sa vie et croire à des choses qui n’ont pas de sens. J’ai consa­cré un an à l’écri­ture de ce livre; je n’au­rais pas pu te­nir deux ans dans ces émo­tions-là.»

UNE GRANDMAMAN DRÔLE

Le livre Une vie sans peur et sans

re­gret est dé­di­ca­cé à sa pe­tite-fille, Ro­seÉ­léo­nore, la fille de son fils, Guillaume. Ques­tion­née à sa­voir quel genre de grand-mère elle est, De­nise Bom­bar­dier sou­rit et ra­conte, les yeux brillants: «Je suis drôle. Je suis in­tense et ma pe­tite-fille est in­tense comme moi.» Une dif­fé­rence avec son rôle de mère? «Il n’y a pas de dif­fé­rence. Je pense qu’il y a une chose que mon fils ne peut pas me re­pro­cher, c’est de ne pas lui avoir fait des sur­prises dans la vie. J’étais comme ça avec lui, je fai­sais la folle. Par exemple, alors qu’il avait quatre ou cinq ans, je lui avais ache­té deux gâ­teaux d’an­ni­ver­saire. J’en ai mis un sur la table et quand ç’a été le temps, on a mis des bou­gies, il a souf­flé, et je me suis mis la tête de­dans. Ce genre de blague le ren­dait fou! (rires)

Je lui ai ap­pris à l’être aus­si. Par­fois, il peut par­tir en voyage sur un coup de tête. Je fai­sais ça avec lui quand il était pe­tit, il fait la même chose avec sa fille. Guillaume est très fan­tai­siste et il ap­prend toutes sortes de fo­lies à sa pe­tite.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.