BA­LANCE

23 sep­tembre au 22 oc­tobre

Échos vedettes - - SOMMAIRE -

Vous ne mâ­che­rez pas vos mots et vous ex­pri­me­rez haut et fort ce que tout le monde dit tout bas. Et vous n’au­rez pas be­soin d’en­ro­ber vos propos pour évi­ter de frois­ser qui que ce soit.

VIE FA­MI­LIALE ET SO­CIALE

Dans le cadre d’un dé­mé­na­ge­ment, vous pour­riez avoir à te­nir le rôle de lea­der bien malgré vous. S’il s’agit d’une en­tre­prise fa­mi­liale qui se dé­ve­loppe, ce­la vous sur­pren­dra de consta­ter que vous êtes la seule per­sonne à dé­te­nir ou à dé­cou­vrir les bonnes in­for­ma­tions pour me­ner le pro­jet à bien. Vous di­ri­ge­rez les opé­ra­tions alors que ce n’était pro­ba­ble­ment pas ce qui était conve­nu. Si vous êtes coin­cé dans une fa­mille qui dis­si­mule des sque­lettes dans le pla­card de­puis tou­jours, ce se­ra vous qui ou­vri­rez toutes grandes les portes de la ré­vé­la­tion. Les drames fa­mi­liaux doivent de­ve­nir choses du pas­sé même s’il s’agit d’un tra­vail de longue ha­leine.

TRA­VAIL

Vos patrons ne prennent pas les dé­ci­sions né­ces­saires ou alors ils com­mu­niquent de fausses in­for­ma­tions. Vous au­rez un rôle im­por­tant à jouer en ce qui concerne le dé­man­tè­le­ment de la moindre faus­se­té afin de ré­ta­blir la cré­di­bi­li­té de votre ser­vice. Il est pos­sible que vous en­ga­giez de longs dé­bats avec vos col­lègues au su­jet de cer­taines mé­thodes de tra­vail. Si vous êtes coin­cé dans un en­vi­ron­ne­ment pro­fes­sion­nel so­li­de­ment ré­gi par des pro­ces­sus ad­mi­nis­tra­tifs écra­sants, vous réa­li­se­rez que vous ne pou­vez vous battre contre ce genre de sys­tème et que des chan- ge­ments s’im­posent! Si vous êtes dans le do­maine de la san­té, vous pour­riez vous retrouver à of­frir des soins à do­mi­cile, ce qui vous éloi­gne­rait par le fait même du chaos des hô­pi­taux ain­si que des en­droits acha­lan­dés qui gé­nèrent trop de stress.

AMOUR

Le dia­logue fa­vo­ri­se­ra gran­de­ment la créa­tion de si­tua­tions plus pas­sion­nantes qui ra­ni­me­ront la flamme entre vous. Mais lorsque la san­té de l’un ou l’autre n’est pas au mieux, il de­vient plus dif­fi­cile de vivre l’amour plei­ne­ment. De­vant des pro­blèmes dra­ma­tiques, ce sont des so­lu­tions dras­tiques qu’il vous faut. Votre re­la­tion manque-t-elle de sen­sua­li­té? Il y a de bonnes chances que ce soit votre em­ploi ou ce­lui de votre par­te­naire qui ra­len­tisse vos ar­deurs. L’im­por­tant est d’en dis­cu­ter ou­ver­te­ment. Si votre re­la­tion est toute ré­cente, votre ob­jec­tif se­ra sû­re­ment de tes­ter la pos­si­bi­li­té de co­ha­bi­ter as­sez ra­pi­de­ment afin de me­su­rer votre com­pa­ti­bi­li­té. Avec une bonne com­mu­ni­ca­tion, vous réa­li­se­rez que vous avez les mêmes as­pi­ra­tions et donc, après une an­née de fré­quen­ta­tion, on peut com­men­cer à croire que vous êtes faits l’un pour l’autre. Cher cé­li­ba­taire, l’ex est peu­têtre tou­jours pré­sent dans votre coeur. Il vaut mieux prendre le temps de se dé­ta­cher avant de cher­cher l’âme soeur. Vous sou­hai­tez retrouver l’amour, mais votre fa­mille pourrait aus­si frei­ner vos élans. Vous de­vez tout d’abord de­ve­nir un cé­li­ba­taire heu­reux avant de trou­ver un autre cé­li­ba­taire heu­reux pour un jour for­mer un couple heu­reux.

SAN­TÉ

Si vous re­ce­vez un diag­nos­tic plu­tôt in­quié­tant, vous de­vriez consul­ter un autre mé­de­cin afin d’ob­te­nir un deuxième avis. Vous pour­riez être vic­time d’une bête er­reur mé­di­cale qui oc­ca­sion­ne­ra plus de peur que de mal. Évi­tez de vous au­to­diag­nos­ti­quer au moyen de Google, vous ris­quez de dé­ni­cher des ren­sei­gne­ments er­ro­nés qui vous condui­ront sur une fausse piste. Tout ce qui concerne votre ali­men­ta­tion né­ces­si­te­ra une ré­vi­sion en pro­fon­deur.

RE­TRAITE

On le sait, la san­té est im­por­tante. Aus­si bien la vôtre que celle des autres. Il ne faut ja­mais aban­don­ner ses rêves mais plu­tôt s’y ac­cro­cher. Même si vous souf­frez d’un cer­tain iso­le­ment, vous réus­si­rez à avoir une vie so­ciale plus ac­tive. Ce se­ra dans une cir­cons­tance to­ta­le­ment in­at­ten­due que vous dé­cou­vri­rez de nou­velles ami­tiés qui vous per­met­tront de vivre des aven­tures en­ri­chis­santes et ins­pi­rantes.

CHANCE

Avec Ju­pi­ter en Sa­git­taire, les dé­pla­ce­ments en voi­ture ou en au­to­bus se­ront gran­de­ment fa­vo­ri­sés et vous don­ne­ront la pos­si­bi­li­té de faire de nom­breux pe­tits voyages. La der­nière se­maine de mai et la pre­mière de juin de­vraient être les plus fa­vo­rables aux courts voyages, plus en­ri­chis­sants les uns que les autres. Si vous êtes d’une na­ture cu­rieuse, vous au­rez la chance de faire bon nombre de dé­cou­vertes fas­ci­nantes et vous ob­tien­drez des ré­ponses à toutes vos ques­tions sans avoir tou­jours be­soin de les po­ser.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.