24 Heures

La cruau­té sans re­mords

- GA­BRIEL BEAUCHEMIN Entertainment

Le re­cueil de nou­velles Cruelles, pu­blié tout juste à temps pour l’hal­lo­ween, ras­semble des textes par­fois ef­frayants, par­fois in­quié­tants, dans les­quels la cruau­té des per­son­nages fé­mi­nins est ex­plo­rée sous tous ses as­pects.

Les his­toires d’hor­reur, gore, de ma­ni­pu­la­tions, les his­toires qui font grin­cer des dents ont tou­jours eu quelque chose de pro­fon­dé­ment dé­ran­geant, une ca­rac­té­ris­tique qui dis­tingue net­te­ment ce genre lit­té­raire des autres types de fic­tion. À la lec­ture d’un ro­man d’amour, d’un ré­cit his­to­rique ou d’un conte fan­tas­tique, les émo­tions res­sen­ties peuvent être tout aus­si in­tenses, mais de fa­çon gé­né­rale, il y règne un confort. Tel n’est pas le cas des his­toires où la cruau­té froide s’im­pose fiè­re­ment, et ce, sans jus­ti­fi­ca­tion.

Chose cu­rieuse, cet in­con­fort réus­sit tout de même à nous te­nir en ha­leine à tra­vers ces aventures sombres, il nous pousse à y re­ve­nir aus­si­tôt les pre­mières sen­sa­tions de dé­goût dis­si­pées, l’hos­ti­li­té qui le ta­pisse agis­sant sur nous comme une sorte de ma­gné­tisme noir. Et pe­tit à pe­tit, on en prend le pli avec un plai­sir as­su­mé, tel un corps contor­sion­né qui au­ra trou­vé son re­pos. C’est cette am­biance sou­vent in­quié­tante, ce ton tou­jours un peu froid, qui se dé­gagent à la lec­ture des dif­fé­rentes nou­velles qui com­posent le livre Cruelles pu­blié le 6 oc­tobre aux Édi­tions Tête pre­mière, un col­lec­tif di­ri­gé par Fa­nie De­meule et Krys­tel Bertrand.

« Je ne di­rais pas qu’elles sont toutes ef­frayantes, il y en a qui sont plus dé­ran­geantes qu’ef­frayantes, mais elles sont quand même dans la veine du dé­ran­gé », ré­sume d’em­blée Krys­tel Bertrand à pro­pos des dif­fé­rents textes que ras­semble le re­cueil. Ce sont dix au­trices et au­teurs, dont Ma­rieJeanne Bé­rard, Oli­vier Syl­vestre, Ma­rie-pier La­fon­taine, Anya Nous­ri et Pa­trick Se­né­cal, qui ont ac­cep­té avec en­thou­siasme l’in­vi­ta­tion des deux co­di­rec­trices.

Lac ruau­té des femmes mise de l’avant

Ce qui les ras­semble ? La vio­lence et la cruau­té sans ex­cuses ni re­mords des per­son­nages fé­mi­nins.

« Krys­tel et moi avons un in­té­rêt com­mun très fort pour tout ce qui est dé­ran­geant, étrange, sombre, in­dique Fa­nie De­meule. Et on cher­chait vrai­ment une thé­ma­tique qui re­joi­gnait à la fois cet as­pect-là, mais en même temps quelque chose de fé­mi­niste, parce que c’est cherà­no­tre­coeur.»

« On en est ve­nu à ré­flé­chir à la ques­tion de la cruau­té des femmes, quelque chose qui est en­core as­sez sous­re­pré­sen­té, ou du moins re­pré­sen­té d’une ma­nière tou­jours un peu uni­voque, pour­suit-elle. La fa­meuse vi­laine qui est tout le temps l’an­ta­go­niste, c’est tou­jours un per­son­nage su­per in­té­res­sant, mais on reste tou­jours un peu sur notre faim parce que c’est le per­son­nage très loin­tain, qui est tou­jours pen­sé en bi­na­ri­té, en confron­ta­tion avec le per­son­nage prin­ci­pal. Et là, on avait vrai­ment en­vie d’al­ler ex­plo­rer, d’al­ler plon­ger dans la psy­ché de la cruau­té, plu­tôt que de la main­te­nir à dis­tance comme on le voit plus tra­di­tion­nelle ment .»

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada