24 Heures

Dans l’uni­vers mu­si­cal dem ononc’ Serge

- –S té­phane Plante, QUB mu­sique Celebrities · Music · Léo Ferré · Styx

Peut-être l’ar­tist ele­pl us in­dé­pen­dant du Qué­bec, Mo­nonc’ Serge s’es tt ou­jours mon­tré in­gé­nieux pour me­ner sa car­rière comme il l’en­ten­dait .E t la tu­mul­tueuse an­née 2020, mal­gré ses nom­breux ir­ri­tant spo ur le monde du spec­tacle, n’al­lait pas al­té­rer son es­prit d’ini­tia­tive. Un ar­tist esi pro­li­fique pos­sède sû­re­men tu ne c ul­tu rem usi­cale al­lant de pair avec son écri­ture di­ver­si­fiée. C’est ce qu eno u sa vons tent éde­sa voir en plu sdere ve­nir sur sa réa­li­té des der­niers mois.

Te ss hows sont rem­plis d’in­ter­ac­tions avec le pu­blic. Comment trou­ves­tu ça de jouer de­vant un écran avec un pu­bli c en dif­fé­ré?

Jouer de­vant des ca­mé­ras, c’est vrai­ment dé­sta­bi­li­sant. Il suf­fi­sait que je m’en­farge dans mes tounes pour que je me dise : « Merde, j’ai com­plè­te­ment foi­ré. » Mais j’étais pas en train de jouer une sym­pho­nie de Mah­ler ou de Bee­tho­ven. Je fais quand même du Mo­nonc’ Serge, ça per­met quand même un cer­tain ni­veau de cro­chi­tude. (Rires)

Tu fa is t a propre pro­mo sur le sm édia s so ciaux. Est-ce que tu t ed is­ci­plines pour gére rt aca rrière ou­tule fais quan d ça te tente?

Je pro­cras­tine. Je n’ai pas de dis­ci­pline de tra­vail. Au prin­temps, j’ai fait beau­coup de conte­nus pour les ré­seaux so­ciaux : des pe­tits spec­tacles mai­son, des cap­sules hu­mo­ris­tiques. Quand la pan­dé­mie est ar­ri­vée, je me suis dit que j’al­lais écrire des tounes, mais ça ne sor­tait pas et ça me dé­pri­mait. Je me suis mis à faire autre chose que d’écrire des chan­sons.

Quel ar­tist eéc outes-tu de­puis le plus long­temps ?

Léo Fer­ré, je suis en­core un très gros fan. Je consi­dère ce chan­teur comme le meilleur de la langue fran­çaise. Il est fou, hos­tie ! Son écri­ture est tel­le­ment riche, ça dé­borde ! C’est fait avec une abon­dance de mots, de fi­gures de style, d’émo­tions.

Ton al­bum qué­bé­cois pré­fér é de tous le st emps ?

Sans hé­si­ter, Tu m’aimes

tu ? Quand l’al­bum est sor­ti, ç’a été une es­pèce de choc. Ç’a mon­té la barre. Il fal­lait être plus exi­geant en­vers sa propre mu­sique. Ça m’a qua­si­ment dé­pri­mé. Je me di­sais : « Je peux pas chan­ter mes niai­se­ries alors que ça, ça existe. »

Ton pre­mier al­bum ache­té avec ton arge nt ?

Un al­bum double de Styx

(Caught in the Act). J’avais ache­té le disque en se­con­daire deux. En ar­ri­vant chez moi, je l’avais dé­bal­lé et il n’y avait qu’un disque de­dans ! Je ca­po­tais. Je me di­sais : « Ils ne vou­dront pas le re­prendre. Ils vont dire que je suis men­teur et que j’ai gar­dé un des disques. »

Après deux al­bums de re­prises, quand vas-tu re­ve­nir avec un al­bum de nou­velle spi èce s?

De­puis à peu près un an, j’ac­cu­mule des chan­sons. Je com­mence à en avoir pas mal. J’ai re­gar­dé la liste des chan­sons que j’avais faites de­puis un an et il y en avait que j’avais car­ré­ment ou­bliées. Je pense que j’ai des pro­blèmes de mé­moire. (Rires) Ça m’éton­ne­rait pas qu’y ait un autre al­bum de chan­son­so­ri­gi­na­lesd’iciu­nan.

Consul­tez la ver­sion longue de cet ar­ticle sur notre site web.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada