24 Heures

Alou ho­no­ré

-

L’an­cien gé­rant des Ex­pos Fe­lipe Alou a ob­te­nu une grande dis­tinc­tion de la part de la pres­ti­gieuse re­vue Ba­se­ball America, hier, soit le prix To­ny-gwynn, qui sou­ligne l’im­pact d’en­traî­neurs ou de di­rec­teurs gé­né­raux ayant tra­vaillé par­fois à l’ar­rière-scène.

L’homme de 85 ans, qui a for­te­ment contri­bué à ce que les gens is­sus des mi­no­ri­tés soient da­van­tage res­pec­tés, est ain­si de­ve­nu le sixième ré­ci­pien­daire de cette ré­com­pense ; l’ex-joueur ve­dette des Orioles de Bal­ti­more Cal Rip­ken fils est au nombre des lau­réats. Pour Alou, il s’agit d’une autre consé­cra­tion pour une car­rière ex­cep­tion­nelle, au­tant sur le ter­rain que sur le banc.

Bel hé­ri­tage

« Je suis très fier de mes an­nées de ser­vice et de mon hé­ri­tage en tant qu’en­traî­neur et joueur du ba­se­ball ma­jeur, ain­si que comme ins­truc­teur des ligues mi­neures et re­cru­teur, a com­men­té au site du ma­ga­zine ce­lui qui est of­fi­ciel­le­ment ad­joint spé­cial au di­rec­teur gé­né­ral des Giants de San Fran­cis­co. Je n’ai ja­mais eu un titre de re­cru­teur, mais j’ai as­su­mé ces tâches en re­com­man­dant ici et là des joueurs évo­luant dans le ba­se­ball d’hi­ver. »

« Tout ce­la s’ajoute se­lon moi à un long par­cours qui nous a per­mis d’en ar­ri­ver là, c’es­tà-dire que nous avons ajou­té de la sa­veur à ce sport, de l’agres­si­vi­té au ba­se­ball, a-t-il pour­sui­vi. À une cer­taine époque, même un gars comme Ro­ber­to Cle­mente se fai­sait ac­cu­ser de ne pas vou­loir jouer chaque jour et d’être un hy­po­con­driaque. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada