24 Heures

Hausse de cas alar­mante dans les mi­lieux de tra­vail, les écoles et les hô­pi­taux

- – CHARLES LECAVALIER ,A GENCE QMI Health · Montreal · Laval

Les hausses ré­centes de cas confir­més de CO­VID-19 sont alar­mantes, et leur pré­sence dans tous les groupes d’âge, dans les mi­lieux de tra­vail, dans les écoles et dans les ré­gions les plus po­pu­leuses du Qué­bec rend la si­tua­tion en­core plus épi­neuse pour les au­to­ri­tés pu­bliques.

« Ce qui est le plus trou­blant, c’est qu’au-de­là de la si­tua­tion plus mé­dia­ti­sée de sa­me­di [hausse de 2000 cas], ça se dé­té­riore de­puis quel­ques­se­maines», no­tele Dr Gas­ton De Serres, mé­de­cin-épi­dé­mio­lo­giste à l’ins­ti­tut na­tio­nal de san­té pu­blique du Qué­bec (INSPQ).

La si­tua­tion peut sem­bler aber­rante pour une per­sonne qui tra­vaille à dis­tance et qui s’abs­tient de voir fa­mille et amis de­puis des mois. Mais l’ex­pli­ca­tion est con­nue.

Non-res­pect des règles

Le Dr De Serres iden­ti­fie les quatre roues de cette « boucle de trans­mis­sion » : Les mi­lieux de tra­vail, les écoles, les mi­lieux de soins (hô­pi­taux, CHSLD) et les fa­milles des gens in­fec­tés.

Les don­nées les plus ré­centes de L’INSPQ montrent que le sec­teur ma­nu­fac­tu­rier reste de loin le plus tou­ché dans les mi­lieux de tra­vail (46 % des cas confir­més), sui­vi par le com­merce au dé­tail, le com­merce de gros et la cons­truc­tion.

Dans ces lieux, la pro­pa­ga­tion s’ex­plique sur­tout par un non-res­pect des règles de base, dit-il.

« Cha­cun des groupes d’âgeau­ne­pro­por­tio­nas­sez sem­blable de cas, et on l’ob­ser­ve­dans­plu­sieurs­ré­gions po­pu­leuses : Mon­tréal, La­val, l’es­trie, la Ca­pi­tale-na­tio­nale,la­mon­té­ré­gie.ça­va être com­pli­qué de chan­ger le cours des choses », in­dique l’épi­dé­mio­lo­giste.

Une deuxième pause ?

Le gou­ver­ne­ment Le­gault, de son cô­té, mise tou­jours sur la bonne vo­lon­té des Qué­bé­cois pour frei­ner la pro­pa­ga­tion, même si le taux de re­pro­duc­tion des cas est en hausse de­puis la mi-no­vembre.

Roxane Bor­gès Da Sil­va, pro­fes­seure à l’école de san­té pu­blique de l’uni­ver­si­té de Mon­tréal es­time tou­te­fois, comme des di­zaines d’autres ex­perts, que le Qué­bec doit être mis « sur pause » pen­dant le temps des Fêtes.

« On n’ar­rive pas à faire res­pec­ter les di­rec­tives [...]dans les mi­lieux de tra­vail. Dans ce contexte, il faut confi­ner pour don­ner un nou­veau souffle au ré­seau de la san­té », af­firme-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada