24 Heures

99% des lits de ss oins in­ten­sifs sont oc­cu­pés à Stock­holm

- –AGENCE QMI Health · Society · Stockholm · Sweden · Nordic countries · Aftonbladet

La Suède, l’un des pays nor­diques qui a re­fu­sé d’im­po­ser des me­sures-bar­rières sé­vères et le confi­ne­ment de sa po­pu­la­tion, est main­te­nant en si­tua­tion de crise ma­jeure. Pas moins de 99 % des lits des soins in­ten­sifs à Stock­holm sont oc­cu­pés, rap­por­tait le mé­dia sué­dois Af­ton­bla­det, mer­cre­di. Ain­si, il ne res­tait plus que sept lits des­ti­nés aux soins in­ten­sifs sur un to­tal de 160 dans la mé­tro­pole.

Près de 89 lits des soins in­ten­sifs sur les 160 étaient oc­cu­pés par des pa­tients

CO­VID. De plus, 825 pa­tients sont hos­pi­ta­li­sés.

Mer­cre­di, le chef de l’au­to­ri­té sa­ni­taire de la ca­pi­tale a ap­pe­lé le gou­ver­ne­ment central à en­voyer des in­fir­mières spé­cia­li­sées, ain­si que d’autres soi­gnants pour faire face à cette deuxième vague par­ti­cu­liè­re­ment fé­roce.

La Suède rap­porte beau­coup plus de dé­cès liés à la CO­VID-19 par habitant que ses voi­sins nor­diques, avec un to­tal de 7300 dé­cès.

Stock­holm et la ré­gion en­vi­ron­nante sont par­mi les zones les plus du­re­ment tou­chées avec 2836 morts, rap­porte Reuters.

« Be­soin d’aide »

« Nous avons be­soin d’aide », a dé­cla­ré Bjorn Eriks­son, le di­rec­teur des soins de san­té de la ré­gion de Stock­holm, lors d’une confé­rence de presse.

Confron­té à la flam­bée des cas, le gou­ver­ne­ment sué­dois a res­ser­ré les res­tric­tions sur les ras­sem­ble­ments pu­blics tan­dis que les écoles ont été in­vi­tées à pas­ser à l’en­sei­gne­ment à dis­tance pour le reste de la ses­sion.

Jus­qu’à pré­sent, les me­sures pro­po­sées n’étaient que des sug­ges­tions. Ré­cem­ment, des at­trou­pe­ments ont été si­gna­lés dans les rues alors que les Sué­dois fai­saient leurs em­plettes pour Noël.

Le di­rec­teur des soins de san­té sou­haite que les me­sures soient beau­coup plus strictes pour ré­duire la pres­sion sur le ré­seau de la san­té.

« Trop, c’est trop. Ça ne vaut tout sim­ple­ment pas la peine de prendre un verre après le tra­vail et de faire les courses de ca­deaux de Noël... Les consé­quences sont hor­ribles », a-t-il dé­cla­ré mer­cre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada