24 Heures

C’est confir­mé, le Qué­bec de­vra se re­mettre sur pause

Le gou­ver­ne­ment Le­gault or­donne la fer­me­ture des com­merces no ne ssen­tiels du 25 dé­cembre au 11 jan­vier et force le té­lé­tra­vail pour les bu­reaux à par­tir de de­main dans l’ es­poir de cas­ser la deuxième vague qui me­nace les hô­pi­taux.

- CHARLES LE CA­VA­LIER François Legault · Costco Wholesale · Wal-Mart · France

« Il y a 959 lits oc­cu­pés en rai­son de la CO­VID. Ça, c’est très dur, c’est beau­coup de pres­sion sur les hô­pi­taux », a ex­pli­qué le pre­mier mi­nistre, hier. C’est cette pres­sion sur le sys­tème de san­té qui force le Qué­bec à se plon­ger dans un deuxième grand confi­ne­ment à sa­veur ger­ma­nique.

Fran­çois Le­gault af­firme s’être ins­pi­ré du plan de re­con­fi­ne­ment de l’al­le­magne pour concoc­ter cette stra­té­gie. Contrai­re­ment au coup de mas­sue du prin­temps, le sec­teur ma­nu­fac­tu­rier n’est pas tou­ché, cette fois-ci. Il y a un équi­libre à faire avec l’éco­no­mie, a plai­dé M. Le­gault.

Wal­mart sou ss ur­veillance

Il sou­haite aus­si pré­ser­ver cet équi­libre en exi­geant des grandes sur­faces, comme Cost­co et Wal­mart, qu’elles ne vendent pas de pro­duits non es­sen­tiels pour évi­ter de faire une concur­rence dé­loyale aux pe­tits com­mer­çants qué­bé­cois. Une liste de biens pou­vant être ven­dus, ins­pi­rée de celle de la France, a été pu­bliée. Les portes des com­merces de soins per­son­nels (coif­fure, es­thé­tique, mas­sage) se­ront éga­le­ment closes.

Pour­quoi at­tendre au 25 dé­cembre et ne pas fer­mer im­mé­dia­te­ment les centres d’achats ? Le gou­ver­ne­ment vou­lait lais­ser le temps aux ci­toyens d’ache­ter leurs ca­deaux sans brou­ha­ha. Le re­tour aux ac­ti­vi­tés le 11 jan­vier per­met­tra tout de même de faire une pause de deux se­maines, a-t-il ex­pli­qué.

Les écoles pri­maires se­ront fer­mées pour la même pé­riode, comme ce­la avait dé­jà été an­non­cé pour les écoles se­con­daires. Des cours à dis­tance se­ront of­ferts. Qué­bec de­mande aux pa­rents de jeunes en­fants d’évi­ter de les en­voyer dans un ser­vice de garde du­rant cette pause, même s’ils res­te­ront ou­verts.

Des as­sou­plis­se­ments

Qué­bec offre aus­si des as­sou­plis­se­ments. Les per­sonnes seules pour­ront fré­quen­ter une bulle fa­mi­liale du 17 dé­cembre au 11 jan­vier. Le­gault pense aux étu­diants qui re­viennent chez leurs pa­rents du­rant les Fêtes, ou des pa­rents âgés seuls.

Les ac­ti­vi­tés pu­bliques ex­té­rieures se­ront au­to­ri­sées pour un maxi­mum de huit per­sonnes : ski, ho­ckey, ra­quette, marche. Les cours de ski en groupe, pour un maxi­mum de huit per­sonnes, se­ront éga­le­ment au­to­ri­sés. Il faut bien lais­ser les pa­rents skier en paix, a plai­dé le pre­mier mi­nistre.

Mais les feux de camp dans les cours ar­rière des ré­si­dences ne se­ront pas au­to­ri­sés et les réunions de fa­mille dans le jar­din de­meu­re­ront illé­gales.

« L’idée, c’est que les gens bougent. On ne veut pas que ce soit des ras­sem­ble­ments sta­tiques », a dit M. Le­gault. Les ré­gions orange pas­se­ront au rouge, et celles en jaune à l’orange. Il se­ra in­ter­dit de se dé­pla­cer d’une zone rouge, comme Qué­bec, vers une zone orange, comme la Cô­te­nord.

 ??  ??
 ?? – PHOTO PIERREPAUL POU­LIN/AGENCE MQI ?? Fran­çois Le­gault lors de son point de presse hier dans le Vieux-mon­tréal.
– PHOTO PIERREPAUL POU­LIN/AGENCE MQI Fran­çois Le­gault lors de son point de presse hier dans le Vieux-mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada