24 Heures

Des ef­fets né­ga­tifs de la loi 21 sur les étu­diants en en­sei­gne­ment

- – Agence QMI Law · Society · Education · Martinique · Universite du Quebec a Montreal

La Loi sur la laï­ci­té de l’état au­rait eu des ef­fets « né­ga­tifs ou dis­cri­mi­na­toires » au sein des fa­cul­tés d’édu­ca­tion du Qué­bec de­puis son adop­tion en 2019, se­lon un son­dage réa­li­sé au­près d’étu­diants uni­ver­si­taires et du per­son­nel d’uni­ver­si­té par un groupe de cher­cheuses.

Dans un rap­port dif­fu­sé lun­di par l’ob­ser­va­toire sur la for­ma­tion à la di­ver­si­té et l’équi­té (OFDE), il est rap­por­té que 16,5 % des 423 étu­diants en en­sei­gne­ment ayant ré­pon­du au son­dage ont dit avoir été vic­times ou té­moins de trai­te­ment né­ga­tif en lien avec la loi 21.

« Le fait qu’un.e étu­diant.e sur six ait ré­pon­du “Oui” à cette ques­tion in­dique une pré­sence im­por­tante de formes de trai­te­ment né­ga­tif ou dis­cri­mi­na­toire liées à la loi 21 », ont ex­pli­qué les cher­cheuses de L’OFDE, qui est di­ri­gé par Ma­ryse Pot­vin, pro­fes­seure à L’UQAM.

Chez les 549 em­ployés du mi­lieu uni­ver­si­taire son­dés, 6,6 % font aus­si ce constat.

Du cô­té des étu­diants, 13,5 % ont dit avoir re­mar­qué que la loi 21 avait un im­pact né­ga­tif sur les re­la­tions, soit entre les étu­diants, entre les étu­diants et les membres du per­son­nel de leur fa­cul­té, ou entre les étu­diants et les ac­teurs des mi­lieux sco­laires.

Com­men­taires vexants

Le rap­port ren­ferme aus­si des exemples de com­men­taires re­çus par des sta­giaires en en­sei­gne­ment qui ont vé­cu des ex­pé­riences né­ga­tives tou­jours as­so­ciées, se­lon les cher­cheuses, à l’adop­tion de la loi 21.

« Les en­sei­gnants posent tou­jours la ques­tion si je suis tou­chée par la loi 21 ou pas. Si je suis au­to­ri­sée à por­ter mon signe re­li­gieux. Ça me dé­range à chaque fois de de­voir ré­pondre », a dé­cla­ré une ré­pon­dante non iden­ti­fiée.

« Quand j’ai fait part à mon pro­fes­seur des pro­blèmes que la loi oc­ca­sionne à la mi­no­ri­té mu­sul­mane, ce­lui-ci m’a in­vi­té à re­con­si­dé­rer mon pro­jetd’étu­de­se­tà­con­si­dé­rer l’éven­tua­li­té de chan­ger de pro­vince»,adé­cla­réu­neautre per­sonne, dont la ci­ta­tion est in­cluse dans le rap­port.

Le son­dage en ligne a été ef­fec­tué au­près de 972 ré­pon­dants sur la pla­te­forme Li­me­sur­vey entre mars et avril 2020.

En­vi­ron trois fois plus de femmes (74 %) que d’hommes (25 %) ont ré­pon­du au son­dage.

Adop­tée par le gou­ver­ne­ment Le­gault en 2019, la Loi sur la laï­ci­té de l’état in­ter­dit le port de signes re­li­gieux pour les em­ployés de l’état en si­tua­tion d’au­to­ri­té, ce qui com­prend les en­sei­gnants. Elle s’ap­plique seule­ment aux nou­veaux em­ployés ; ceux qui por­taient dé­jà un signe re­li­gieux avant l’adop­tion de la loi en sont exemp­tés.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada