24 Heures

Pas de ques­tion ir­res­pec­tueuse au Conseil mu­ni­ci­pal

- – ESLA ISKANDER, 24H

CI­TOYENS Même si le Conseil mu­ni­ci­pal de Mon­tréal en­tend re­je­ter d’em­blée toute ques­tion ci­toyenne qu’il juge ir­res­pec­tueuse ou at­ta­quant per­son­nel­le­ment un élu, la Ville n’a pas été en me­sure de four­nir un exemple pré­cis et ré­cent de telles ques­tions. Mar­di, la pré­si­dente du Conseil mu­ni­ci­pal, Su­zie Mi­ron, a fait part de sa vo­lon­té d’en­ca­drer da­van­tage les ques­tions ci­toyennes adres­sées aux élus dès jan­vier pro­chain.

Pour être lues, les ques­tions de­vront évi­ter les al­lu­sions per­son­nelles, les in­si­nua­tions, les pa­roles vio­lentes, bles­santes ou ir­res­pec­tueuses à l’égard de qui que ce soit, a ex­pli­qué Mme Mi­ron. In­vi­tée par le 24 Heures à don­ner des exemples pré­cis de ques­tions ir­res­pec­tueuses po­sées der­niè­re­ment aux élus, la Ville de Mon­tréal était pour­tant in­ca­pable de ré­pondre à la ques­tion. Mme Mi­ron avait aus­si fait état d’une « es­ca­lade dans l’agres­si­vi­té et dans les pro­pos en­voyés aux élus ». La Ville a éga­le­ment été in­ca­pable de spé­ci­fier sur quels élé­ments ob­jec­tifs s’ap­puyait ce constat ni même de­puis quand cette es­ca­lade s’ob­ser­vait ap­proxi­ma­ti­ve­ment. De­puis la pan­dé­mie, les ci­toyens en­voient leurs ques­tions écrites, no­tam­ment via un for­mu­laire en ligne, et les élus y ré­pondent en­suite du­rant le Conseil. Au­pa­ra­vant, les Mon­tréa­lais pou­vaient se rendre phy­si­que­ment à l’hô­tel de ville pour ques­tion­ner les élus mu­ni­ci­paux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada