24 Heures

Maison neuve truffée de vices cachés

- – Hugo Duchaine, Agence QMI

« C’est un cadeau empoisonné », dénonce Nathalie Chayer pour décrire sa vaste maison de Deux-Montagnes au bord de l’eau.

Elle se démène en cour depuis plus de trois ans pour obtenir un dédommagem­ent qui lui permettra de rénover la maison, surtout que son conjoint, Patrick Sicard, et elle n’ont plus les moyens d’en louer une autre. Et ils ne peuvent pas la vendre non plus.

Saignement de nez

Elle a acheté la luxueuse maison il y a quatre ans. Elle devait accueillir les huit enfants de la famille recomposée ainsi que le bureau de dentiste du couple. Mais ils ont vite déchanté.

Le fils de 18 ans de Mme Chayer, qui dormait au sous-sol, s’est mis à saigner du nez en pleine nuit et à souffrir de maux de tête. Quelques mois plus tard, à la fonte des neiges, M. Sicard a remarqué que le tapis était mouillé.

C’est en le soulevant qu’ils ont découvert des moisissure­s. « On a cueilli des champignon­s à la main », se souvient la dame de 44 ans. Puis, ils ont arraché les murs de gypse où une « eau noire nauséabond­e » s’est mise à couler.

Sous l’escalier qui mène au sous-sol, Patrick Sicard est capable d’arracher des morceaux de bois complèteme­nt mouillés et pourris par les infiltrati­ons d’eau.

Ils ont alors intenté une poursuite de plus de 600 000 $ pour vices cachés contre les anciens propriétai­res, qui avaient eux-mêmes fait construire la maison quatre ans plus tôt.

Selon la poursuite, « des expertises effectuées sur l’immeuble ont permis de découvrir des infiltrati­ons d’eau causant une contaminat­ion fongique de l’air ambiant et des matériaux de constructi­on ainsi que des dommages à la structure du bâtiment. »

Mme Chayer et M. Sicard espéraient rénover rapidement pour garder leur maison de rêve.

Un couple de la Rive-Nord se sent prisonnier de sa maison de 725 000 $ qu’il a achetée avec des fondations pourries qui s’affaissent et des moisissure­s qui menacent leur santé.

« Guérilla sans fin »

Mais leur poursuite s’est transformé­e en « guérilla sans fin » selon Nathalie Chayer.

« On joue au ping-pong avec ma maison et ma santé », déplore Mme Chayer.

Elle a, entre autres, reçu une offre de compensati­on des assureurs, qu’elle a refusée, car elle couvrait à peine plus du quart des travaux évalués à 400 000 $ qu’elle doit faire, comme excaver les fondations.

 ??  ??
 ?? – PHOTO HUGO DUCHAINE/ AGENC E QMI ?? Le sous-sol de la maison de Nathalie Chayer et Patrick Sicard à Deux-Montagnes est si contaminé qu’il a dû être condamné. Mme Chayer dit maintenant souffrir d’asthme chronique à cause des moisissure­s.
– PHOTO HUGO DUCHAINE/ AGENC E QMI Le sous-sol de la maison de Nathalie Chayer et Patrick Sicard à Deux-Montagnes est si contaminé qu’il a dû être condamné. Mme Chayer dit maintenant souffrir d’asthme chronique à cause des moisissure­s.

Newspapers in French

Newspapers from Canada