Dans le ventre du dra­gon

24 Heures Montreal - - Week-end -

Pour l’ima­gi­ner, Jim Bis­sell, le chef dé­co­ra­teur, s’est pen­ché sur une lé­gende chi­noise, Le dra­gon perle, dans la­quelle un jeune gar­çon se trans­forme en dra­gon après avoir ava­lé une perle, celle-ci re­pré­sen­tant l’illu­mi­na­tion.

« Le gratte-ciel n’est pas dé­truit, il de­meure. Il de­vient un sym­bole de ré­si­lience et de force, con­trai­re­ment à un film comme La tour in­fer­nale, dans le­quel la mé­ta­phore du “nous sommes al­lés trop loin” est évi­dente », a-t-il ex­pli­qué.

Ne vou­lant pas of­frir un gratte-ciel d’as­pect phal­lique au pu­blic, il a alors ima­gi­né un de­si­gn si­nueux, à l’image d’un dra­gon, qui at­tein­drait la perle, sym­bole de connais­sance. C’est après qu’il a dé­ci­dé d’in­té­grer les élé­ments éco­lo­giques (pan­neaux so­laires et éo­liens, ferme, etc.) en plus d’un pro­mon­toire d’ob­ser­va­tion en trompe-l’oeil.

En amont, les pro­duc­teurs ont eu la pos­si­bi­li­té de s’en­tre­te­nir avec Adrian Smith, l’ar­chi­tecte du Burj Kha­li­fa qui a va­li­dé le réa­lisme ar­chi­tec­tu­ral de The Pearl. C’est éga­le­ment lui qui a sug­gé­ré les as­cen­seurs ma­gné­tiques puis­qu’il n’existe, dans la vraie vie, au­cun câble as­sez long pour faire fonc­tion­ner les as­cen­seurs d’un gratte-ciel aus­si haut. Et Adrian Smith a confié à la pro­duc­tion que ses de­si­gns étaient sou­vent ins­pi­rés… du ci­né­ma.

Gra e-ciel a pris les écrans d’as­saut ven­dre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.